Affiche Grave

Critiques de Grave

Film de (2017)

Si je t'attrape je te mords

Se mettre devant un film de la trempe de Grave réclame comme une sorte d'abandon. S'oublier. Oublier une hype un peu trop savamment distillée et portée, à coups de louanges festivalières rapportant certains évanouissements et autres malaises plus ou moins feints. Plutôt plus que moins, à vrai dire. Car il faut être franc, ce n'est pas avec... Lire la critique de Grave

60 10
Avatar Behind_the_Mask
7
Behind_the_Mask ·

Justine ou les saveurs de la chair nue

Soyons honnête, et reconnaissons qu’on est à peu près aussi vorace avec le cinéma d’horreur hexagonal que le sont les personnages de ce film avec la chair humaine : on y va souvent avec l’envie d’en découdre, et de confirmer que la production nationale ne peut rivaliser avec son aînée anglo-saxonne. Il y a en effet à redire sur certaines de ses maladresses : un jeu inégal de ses... Lire l'avis à propos de Grave

171 6
Avatar Sergent Pepper
7
Sergent Pepper ·

Justine ou les malheurs de l'aversion

"Tu me trouves bizarre, comme fille ?" Se faire remarquer ou rentrer dans le rang. Voilà qui semble être la préoccupation principale de Justine, illustrée dès la scène d'ouverture du film. Elle se fait remarquer en ne prenant pas de "protéines", mais quand, par malheur, un bout de viande indéfinissable se retrouve caché dans sa purée, elle ne veut pas que sa mère aille se plaindre. Drôle de... Lire l'avis à propos de Grave

82 2
Avatar SanFelice
8
SanFelice ·

Deux sœurs pour un doigt

Bien que préparé à recevoir ma dose de barbaque dans le gosier sans passer par la case déglutition, je ne peux qu'être dans un tel état de dégoût et d'excitation à la fin de ce film qu'il me sera compliqué de m'en remettre...dans un sens comme dans l'autre. Justine est une jeune fille à l'orée de la féminité, de la maturité dirons-nous, chez qui la cellule familiale apparaît comme... Lire l'avis à propos de Grave

129 22
Avatar Fosca
8
Fosca ·

Steak barbare

On ne s’appelle pas Justine pour rien, surtout quand on est l’héroïne d’un film aux allures de récit d’initiation et d’apprentissage. Sade d’ailleurs n’aurait certainement pas renié celui-ci, tordu et piquant, fait de chair (beaucoup), de sexe (un peu) et de sang (pas mal). Justine donc, jeune étudiante en première année d’école vétérinaire qui, entre cours pratiques et bizutage gratiné, va... Lire l'avis à propos de Grave

45 4
Avatar mymp
7
mymp ·

A vouloir trop bien faire...

La jeune Justine est végétarienne, comme l'ensemble de sa famille. Elle a tout juste 16 ans et se prépare à rejoindre sa sœur en fac vétérinaire comme leurs parents avant elles. Entre bizutages et découvertes de sensations inconnues, elle s'apprête à découvrir sa vraie nature... Soyons direct, je ne peux pas mettre objectivement moins de 5/10 tant je trouve... Lire la critique de Grave

51 1
Avatar Laubergiste
5
Laubergiste ·

Sang pour sang

Les premières vibrations, cette sensation de tentation qui émane du corps dont l’esprit n’arrive plus à garder le contrôle de ses pensées. La consommation de la chair et son lien étroit avec le sexe, l’humanité face à sa propre animalité : ces femmes libres de dévorer la vie à pleine dent. Le sujet est intéressant en soi, même si la mise en forme l’est un peu moins, et même si les thèmes... Lire l'avis à propos de Grave

103 7
Avatar Velvetman
4
Velvetman ·

Régime cru

Parmi les films présentés à Cannes cette année, certains se sont démarqués d'une masse coutumière, frileuse et politiquement correcte : la même qui s'est d'ailleurs vue récompensée. À la Semaine de la Critique, c'est la jeune (et jolie) réalisatrice Julia Ducournau qui a pris les armes et exposé son premier long-métrage ambitieux dont on ne peut que saluer la singularité. Lui donnant... Lire la critique de Grave

34 11
Avatar ChereeCheree
7
ChereeCheree ·

C'est Grave Docteur ?

Récemment, nombreux de mes visionnages en salles ou face à un écran autre (télévision ou ordinateur) m’ont laissé un goût fortement amer. Trop timorés, ne prenant pas assez de risques, trop académiques, les films visionnés n’envisageaient pas le cinéma hors de sa zone de « confort » : récit linéaire et ultra calibré. Ce n’était pas forcément mal réalisé ou mal interprété, mais autant sur le... Lire la critique de Grave

41 15
Avatar SPOW3
8
SPOW3 ·

La faim de l'innocence

Acclamé à plusieurs festivals internationaux et cause de plusieurs évanouissements dans les salles de cinéma par lesquelles il est passé, Grave est justement sujet à cette fascination et à cette révulsion, comme si l’œuvre se cherchait constamment dans la frontière qui oppose le réel au fantastique parallèle à celle qui sépare l'humanisme du vampirisme. C’est peu dire que les jeux... Lire la critique de Grave

45 10
Avatar Ticket
7
Ticket ·