You have to let go.

Avis sur Gravity

Avatar slowpress
Critique publiée par le

Bon, bon, bon.
En sortant de la salle hier soir, j'ai dit "prout prout on s'est bien foutu de ma gueule". Pour ma défense, je ne savais pas que le film durait seulement 1h30. Alors quand le film s'est terminé, j'étais sacrément déçue : la dernière demi-heure du film, à partir du moment où Ryan est dans le Shenzou et qu'elle se parle toute seule, badam badam c'est lourd c'est lourd : oui je vais assumer, mon deuil sera derrière moi, j'ai envie de rentrer sur Mother (cc les symboles pas subtiles dans tout le film sur la maternité) earth et ne pas mourir violon tout ça.

Alors oui, Cuaron aurait pu faire un effort sur l'écriture de ses personnages, on sait qu'il peut le faire qui plus est. Mais après avoir discuté longuement avec mon copain, après avoir vu le Cercle sur le film et lu quelques critiques ici et là, c'est vrai que ce n'est pas grave. C'est dommage mais ce n'est pas grave. Parce que ça faisait longtemps que je ne m'étais pas accrochée à mon siège, j'ai sursauté, j'ai failli chialé tellement j'avais peur et ça, ce n'est pas seulement de la pure technique de la 3D ou que sais-je, ce n'est pas un spectacle de fête foraine, non, c'est la maestria de Cuaron et des virevoltements (ce mot n'a pas l'air d'exister, tant pis) de sa caméra, c'est son appréhension de l'espace (...) et du temps parfaitement maîtrisé. Cette chorégraphie majestueuse et horrifique, c'est du pur cinéma.

Alors, quant au "vide" scénaristique, you have to let go.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 227 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de slowpress Gravity