Gneugneu les oscar

Avis sur Green Book : Sur les routes du sud

Avatar Moizi
Critique publiée par le

Je n'aime pas le cinéma des frères Farrelly, alors là il n'y en a qu'un, mais rien ne change, je trouve toujours ça aussi stupide et vulgaire. Alors oui on passe de la comédie potache au road movie dramatique sur fond de discrimination raciale, mais ça ne change rien, c'est d'une vulgarité, d'une bêtise à toute épreuve.

Je ne sais même pas d'où viennent les critiques positives de ce truc, qui est d'un ennui profond... Ici tout y est cliché. La seule différence avec les autres productions du genre c'est que pour une fois le rôle du bourgeois est joué par un noir et le rôle du prolo par un blanc. Ce qui permet bien sûr de caricaturer encore plus le prolétaire.

Bon déjà la tronche de Mortensen m'énerve, pas que je n'aime pas cet acteur, mais là le mec bedonnant, grossier, vulgaire, qui parle avec un faux accent italien... je ne peux pas, c'est pas possible. Je n'y crois pas... Et pourquoi je n'y crois pas ? je l'ai vu dans tellement d'autres films où il est à l'opposé... je ne crois pas au contre emploi.

Je ne connais pas Mahershala Ali, donc je peux dire qu'il s'en sort mieux, même s'il n'est lui-même qu'une caricature du bourgeois maniéré. Tellement caricatural qu'il est en est ridicule. Sauf que moi ça ne me fait pas rire, je soupire et j'ai juste envie que ce trop long métrage se termine.

Donc l'histoire est connu c'est un mec raciste qui va devenir un peu moins raciste et un bourgeois qui va apprécier quelques trucs de prolos au fur et à mesure... Intouchables c'était pareil hein...

Le problème c'est que le film ne va s'éviter aucune grossièreté pour caractériser le personnage de Mortensen, que le réalisateur n'a aucune idée de comment raccorder les scènes entre elles, que tout ça n'est finalement qu'une juxtaposition de sketchs où ils s'aident l'un l'autre dans un milieu raciste et hostile. Par exemple les deux personnages sont dans la voiture, parlent d'un sujet, enchaînent sur un autre sans lien logique entre les deux. Il fallait juste passer, artificiellement, de la blague à l'information dont le spectateur avait besoin pour continuer le film. C'est du bricolage.

Bien sûr tout est cousu de fil blanc, rien ne surprend jamais, aucune blague, aucune remarque, aucune réflexion... même la fin est d'un cliché et d'un prévisible que je l'avais devinée dès le départ. Genre le mec demande à être rentré pour Noël... à ton avis ? qu'est ce qu'il va se passer ?

Ce n'est ni original, ni imaginatif et le pire dans tout ça c'est qu'à aucun moment on a quelque chose de bien filmé, un beau plan sur des acteurs qui jouent bien. C'est juste de néant... Et le film met deux heures à se rendre compte de ce que le spectateur a remarqué depuis le début, Mortensen a plus a voir avec la culture noir que Mahershala Ali, parce que la majorité des noirs sont des prolétaires comme lui. Et qu'a contrario l'autre a tous les codes de la grande bourgeoisie mais ne peut pas s'y intégrer à cause du racisme... Waouh... fallait vraiment un film pour cette trouvaille ?

En plus je déteste cette manière de filmer les lieux, ou plutôt devrais-je dire, de ne pas filmer les lieux, ils s'enchaînent on ne voit rien ou presque, on n'a pas l'impression d'être dans le sud des États-Unis ni rien... c'est principalement des lieux clos qui pourraient être n'importe où... Alors si le message du film c'est que nord ou sud ça ne change rien... pourquoi pas, mais à part dans un dialogue vite fait ça n'est jamais réellement évoqué et surtout ça n'excuse pas cette négation du décor et de la géographie.

Bref on a un gentil film qui va sans doute tout faire pour gagner des gentils oscar, qui est bien dans l'air du temps... qui ne dit rien de plus que des banalités, qui est laid, inintéressant, pas pensé, pas réalisé et d'un ennui cosmique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2431 fois
30 apprécient · 18 n'apprécient pas

Autres actions de Moizi Green Book : Sur les routes du sud