Les morts les plus brutales que j’ai vu dans un film

Avis sur Green Room

Avatar Alexandre Gibier Verrier
Critique publiée par le

Un groupe de punk hardcore fauché se retrouve à jouer dans un repère de néo nazis, qui vont finir par vouloir les buter un par un.
Green room est un survival, réalisé par Jeremy Saulnier, qui avait fait sensation en 2013 avec Blue Ruin (son prochain ça sera red quelque chose, spoiler !), un film de vengeance tout aussi violent et terre à terre.
Terre à terre, c’est le mot. Dans ces deux films, on constate que la mort et la violence sont brutales, et qu’après, y’a plus rien. C’est irréversible. Quand les gars se font buter, ils disparaissent de l’écran, parce qu’ils sont morts, c’est fini. One shot. Et c’est pas des morts sympas, hein ? Bref, c’est ultra réaliste, pas d’héroisme avec un héros badass qui va esquiver les balles.
La première partie est un peu lente, mais nous permet d’identifier les personnages suffisamment pour comprendre qu’ils sont comme nous et qu’ils s’en prennent plein la gueule. Et ça commence quand il rend le flingue. Et cette scène résume tout le film. Brutale, irréversible.
Et le jeu des acteurs y est pour beaucoup. Ils jouent des types normaux, et on y croit. Et même Anton Yelchin, Tchekov dans les star trek, on le reconnait pas ! Mention à Patrick Stewart, notre cher Charles Xavier, dans le rôle d’un gros bâtard de l’espace.

Le tout sur une bo sauvage à base de hardcore et de Slayer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 149 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Gibier Verrier Green Room