Eyes wide shut

Avis sur Guerre fantôme : la vente d'Alstom à General...

Avatar -Marc-
Critique publiée par le

Les Etats Unis sont bien les maîtres du monde.

Ils ont des lois qui les autorisent à poursuivre en justice toute entreprise qui contreviendrait à leurs lois partout dans le monde, hors de leur espace national, si elles ont des intérêts aux Etats Unis. Ces intérêts sont compris de la manière la plus large: si elles possèdent des établissements sur le territoire américain, ou une succursale, si elles font des transactions sur le territoire américain ou font des marchés où que ce soit en dollars, ou même qu'elles utilisent des produits de l'industrie américaine, fusse une puce made in USA dans le téléphone d'un collaborateur.
Toutes les entreprises du monde sont donc soumises aux lois internes des Etats Unis d'Amérique où qu'elles interviennent.
Curieusement, la justice américaine ne poursuit pas les entreprises Russes et Chinoises. Elle se concentre sur les entreprises européennes et particulièrement françaises.

La société Alstom a versé des pots de vin dans certains pays comme l'Indonésie ou le Mexique pour gagner des marchés, comme le font toutes les entreprises dans les transactions internationales et comme le font en particulier les entreprises américaines.

La justice américaine s'est saisi de l'affaire. Elle a condamné Alstom a une amende telle que l'existence de l'entreprise était menacée. Des cadres dirigeants d'Alstom ont été arrêtés et jetés en prison aux USA. Patrick Kron, le PDG n'a pas été arrêté, mais menacé. Il faut bien garder quelqu'un pour mener les négociations. Général Electric s'est présenté en chevalier blanc pour racheter le pôle électrique et énergie, soit les trois quart du groupe. En échange, ils promettaient de payer l'amende.

Arnaud Montebourg, ministre de l'économie et des finances de l'époque s'est indigné qu'une entreprise essentielle aux intérêts stratégiques de la France puisse passer sous contrôle étranger en catimini. Après moult gesticulations, il obtient un accord de partenariat tri-partite: Alstom-Général Electric-Etat français. Malheureusement tout cela n'était qu'un coup médiatique. L'accord s'est avéré n'être qu'une vente pure et simple d'Alstom à G.E. mais surtout une cession à prix dérisoire d'une technologie de pointe.
Pire, la justice américaine a décrété que G.E. ne pouvait payer l'amende pour Alstom. C'est donc le contribuable français qui a fait ce qu'il fait de mieux: contribuer! ... pour sauver une entreprise devenue américaine! Le reste de la somme a été payé par ce qu'il restait d'Alstom, soit la branche ferroviaire, la mettant dans une telle difficulté qu'elle dû se jeter dans les bras de Siemens. Nos TGV qui faisaient notre fierté risquent de devenir allemands.

La France avait son indépendance énergétique grâce à son industrie. Notre pôle nucléaire était constitué par AREVA qui construit les réacteurs et toute la partie "chaude" des centrales, par ALSTOM qui fournissait les fameuses turbines "Arabelle" et toute la partie électrique et par EDF qui gère les centrales.
La France avait son indépendance politique, car elle fabriquait elle-même (ou par des entreprises européennes à très forte participation française) tout son matériel militaire et tous ses équipements de défense nationale. ALSTOM fournit les turbines de nos sous-marins nucléaires, de notre porte-avions et de tous nos navires à propulsion nucléaire.

En 2003, lorsque la France s'opposa aux Etats Unis au sujet de la guerre en Irak, les Etats Unis décidèrent des représailles économiques contre nous. Surprise: ils découvrirent alors qu'ils pratiquaient déjà toutes les sanctions possibles contre notre économie (à titre amical sans doute), mais ils firent davantage en bloquant toutes les exportations de matériel stratégique ou militaire à notre destination.
Nous avions alors notre indépendance militaire et tout ce qu'ils purent bloquer, ce furent les pièces de remplacement des catapultes du "Charles De Gaulle". A échéance de 6 à 12 mois, notre porte-avions n'aurait plus été opérationnel. Depuis, nous avions corrigé cela.

Aujourd'hui, si nous avions un désaccord avec la politique américaine, ils pourraient paralyser nos centrales nucléaires qui représentent 75% de notre production/consommation énergétique. Notre industrie serait paralysée. Ils pourraient également immobiliser notre marine et toute notre défense stratégique.

Pourquoi sommes-nous si empressés aujourd'hui de suivre Donald Trump dans une escalade avec la Russie au travers de l'affaire syrienne?

Après bien des gesticulations stériles, M. Montebourg a signé un accord de capitulation.
Alors qu'on pouvait encore bloquer la cession, M. Macron s'est opposé au véto de la France sur la transaction: "Nous n'avons pas de légitimité à intervenir. Nous ne sommes pas le Venezuela." Tiens donc ... de Gaulle aurait-il été vénézuélien? Car c'est exactement ce type d'action qui caractérisait ce qu'on nommait "le gaullisme".
M. Hollande a entériné la vente et s'en est félicité publiquement.
Ni parmi les autres dirigeants, ni parmi les opposants, personne ne s'est opposé à cette reddition.

Sommes-nous dirigés par des imbéciles ou faut-il imaginer pire?
C'est toute la politique d'indépendance de la France, construite par le général De Gaulle qui est en train d'être détruite.

Avant Alstom, Nokia (entreprise finlandaise) a racheté Alcatel exactement de la même manière après des sanctions américaines et une tentative de Général Electric. La justice américaine s'est attaquée à Peugeot de la même façon parce qu'ils avaient décrété un embargo sur l'Iran alors que Peugeot possédait une usine là-bas. L'entreprise a fermé son usine, payé l'amende et survécu, mais s'est trouvée un moment au bord de la faillite. Idem pour BNP-Paribas. Ils ont aussi acheté de cette façon TECHNIP et d'autres...
Maintenant, les entreprises ciblées sont Airbus industries, Sanofi, Société Générale, AREVA... mises en cause actuellement devant la justice américaine.
Les USA veulent dénoncer les accords avec l'Iran où la France à mieux réussi à s'implanter que les américains. Devinez les conséquences...

...et c'est la même chose dans toute l'Europe. La Deutsch bank fait l'objet de poursuites aux Etats Unis. Partout, le procédé est le même.

Dans le débat qui suivit, les journalistes refusaient de croire à une politique délibérée, suggérant que G.E. profite des opportunités offertes par les sanctions imposées par la justice américaine.
Mais bon sang, ces lois existent! Quelle autre utilité ont-elles?
Qui d'autre que le Département d'Etat américain peut bien choisir les cibles quand toutes les entreprises du monde sont répréhensibles vis à vis de ces lois? Et qui d'autre que les agences de renseignement américaines peuvent fournir à la justice les éléments permettant d'incriminer des entreprises étrangères pour des actes commis à l'étranger?
Une journaliste (naïve ou pas?) faisait remarquer que nos lois nous permettraient de faire la même chose... Ah oui? Sans blague? Essayons pour voir...

Merci à la chaine parlementaire d'avoir ressorti un dossier que tous s'acharnent à repousser sous le tapis et aux deux réalisateurs pour cette enquête très fouillée.

Mais que veulent les français? Ils parlent de liberté et d'indépendance, mais en fait ce qu'ils veulent c'est faire du gras, des augmentations de salaire et des réductions d'impôts... Alors, Alstom...

Préparons-nous aussi à voir délocalisées dans quelques années les productions des entreprises rachetées. On fera grève ... Il sera bien temps de s'inquiéter ... et d'accélérer la fermeture.

Quand à l'indépendance de la France ... qui s'en soucie? Pas les français, en tout cas!

Depuis le départ de De Gaulle, nous n'avons plus eu de dirigeant ayant la volonté de défendre les intérêts de la France. Depuis cette époque, les américains saisissent toutes les opportunités de se saisir de nos intérêts stratégiques avec l'ambition de nous asservir, comme ils le font de leurs alliés. On n'a pas la même conception des alliances de chaque côté de l'Atlantique.
Malheureusement pour eux comme pour nous, leur intérêt est d'avoir des alliés forts et non des vassaux faibles. Espérons que nous n'aurons pas tous à le regretter face à la montée d'autres puissances, qu'elles soient morales, économiques ou militaires.

Chaque fois qu'ils sentiront des faiblesses dans nos gouvernements, ils avanceront leurs pions.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 308 fois
22 apprécient · 1 n'apprécie pas

-Marc- a ajouté ce documentaire à 2 listes Guerre fantôme : la vente d'Alstom à General Electric

Autres actions de -Marc- Guerre fantôme : la vente d'Alstom à General Electric