"Etre nazi, c'est pas cool" merci pour l'info, j'étais pas au courant.

Avis sur Guerrière

Avatar Volte
Critique publiée par le

Quand j’étais petit, je regardais le catch à la télévision, ce divertissement pour enfants où un méchant en slip rose affronte un gentil en slip vert. Si à huit ans le spectacle m’offrait son lot de sensations fortes, je dois avouer qu’aujourd’hui, je suis un peu moins réceptif à la chose. Ainsi, un problème de taille se pose avec Guerrière, le film reproduit exactement les mêmes stéréotypes que le spectacle américain pour public dopé au coca. Le méchant face au gentil, le tout blanc face au tout noir, le mal absolu face au martyr. La nuance ? Mais quel est ce drôle de mot ?

Dès les premières secondes du film nous sommes fixés. Des hordes de nazis déboulent dans un train et tabassent tout ce qui passe, du basané à l’asiatique, et signent le méfait d’un bras tendu vers les cieux en beuglant comme des animaux (quoique les animaux ont plus d’élégance encore). Le bienveillant réalisateur nous exhibe sa tribu nazie imaginaire et le message est clair, net et précis : « cher public, voilà les vilains. »

L’entrée en matière est déjà médiocre, la suite est pire encore. Les nazis du film sont des idiots absolus, le quotient intellectuel moyen ne dépasse pas celui d’un gastéropode anémique. Ils sont violents, bourrins, musclés et tatoués du crâne (rasé) au petit orteil (sûrement rasé aussi). La déshumanisation est telle qu’elle ne peut qu’amuser. Mais notre réalisateur de génie ne s’arrête pas en si bon chemin, le film risquerait d’être bon, il fait de TOUS ses personnages masculins des ordures de la pire espèce. Un père taré, un petit ami taré, un grand-père taré. A croire que posséder une paire de testicules conduit à la débilité profonde. Les enfants échappent à ce traitement de faveur mais surtout les femmes. Elles sont TOUTES victimes innocentes de la furie des primates décérébrés. La nuance ? Mais quel est ce mot rigolo ?

Pendant que la bêtise de ce film m’irritait les yeux et l'esprit, je songeais à l’excellent This Is England afin de soulager brièvement mes souffrances. La grande réussite de Shane Meadows était de nuancer le propos, de tenter de décrypter les mécanismes qui entraînent les individus vers l'extrême et de les dénoncer avec intelligence. On ne devient pas extrémiste du jour au lendemain, c’est la résultante d’un processus complexe : souffrances, frustrations et manipulations en sont le terreau. Wnendt gomme ces questions essentielles et persiste dans la seule caricature. Le nazi mâle n’est pas humain, c’est un monstre par l’opération du saint-esprit, un point c’est tout. L’art de condamner en étant plus extrémiste que l’extrémiste, voilà un procédé grossier qui ne ravira que les professionnels de l'antifascisme primaire.

Le film s'achève (et nous achève par la même occasion) par une phrase révélatrice : "la démocratie, y’a rien de mieux." Chapeau, prise de position courageuse, je dis chapeau. Des idées pour un prochain film : "frapper les personnes âgées pour le plaisir, c'est pas gentil" ou "sauter du huitième étage, ça fait mourir."

J'ai fini, vous pouvez dégainer les dislikes ! :)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 491 fois
15 apprécient · 4 n'apprécient pas

Volte a ajouté ce film à 1 liste Guerrière

  • Films
    Cover Mon top commentaires

    Mon top commentaires

    Il s’en dit des choses sous mes critiques, j’ai donc naturellement décidé d’établir un top des commentaires qui m’ont été...

Autres actions de Volte Guerrière