👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Réalisateur très controversé au Japon, où ses films se retrouvent souvent classés au rayon pornographie des vidéo club, Sion Sono reste relativement méconnu en occident. Une anomalie que devrait combler ce sulfureux Guilty of romance, dernier film de sa trilogie de la haine entamée en 2008 avec Love Exposure et poursuivie par Cold Fish. Largement inspiré par Le Château de Kafka, il a été présenté au festival de Cannes 2011 lors de la quinzaine des réalisateurs.

Oeuvre absolument inclassable, ce film se présente d'abord comme un thriller, débutant par la découverte d'un cadavre mutilé dans une maison des quartiers mal famés de la ville. Mais rapidement, le scénario se transforme en une descente aux enfers pour une femme au foyer qui se frotte au milieu de la photographie érotique, avant de tomber dans la prostitutions sous l'influence néfaste d'une professeur de poésie à la morale douteuse.

Baignant dans une ambiance contrastée, entre la propreté méticuleuse de l'appartement du couple et la noirceur glauque des quartiers à prostituées de la ville, Guilty of romance est un film charnel, intense. Jouant savamment sur tous les sens du spectateur, Sono nous propose une expérience cinématographique exceptionnelle. Oscillant entre un érotisme soft et une sexualité à la limite du perturbant, Guilty se perd parfois dans son propos, semblant chercher à tout prix le sulfureux, dans une surenchère visuelle mettant rapidement le spectateur mal à l'aise.

Peinture plutôt réaliste de la perversité humaine, Guilty of romance n'est pas à mettre entre toutes les mains. Expérience toujours sur le fil du rasoir, il nous offre des plaisirs coupables d'une intensité que l'on ne retrouve pas en occident, allant parfois beaucoup plus loin dans sa recherche de l'interdit. Malgré quelques imperfections, ce film risque de marquer longtemps ceux qui oseront s'y frotter.
Hyunkel
6
Écrit par

il y a 10 ans

15 j'aime

7 commentaires

Guilty of Romance
Gand-Alf
8

Body parts.

Produit par la Nikkatsu et sorti sur nos écrans en catimini durant l'été 2012, dans une version écourtée d'une bonne demie heure pour le marché international, Guilty of romance est le premier film du...

Lire la critique

il y a 7 ans

30 j'aime

9

Guilty of Romance
Marvelll
3

Le Chaperon Rouge fait du porno

Ce qui suit a été écrit d’une traite pour préserver la nature brute de l’écrit donc si vous voyez des fautes de syntaxe ou autre, c’est voulu. Voilà, c’est dit. Difficile de ne pas être subjugué...

Lire la critique

il y a 10 ans

22 j'aime

Guilty of Romance
SlashersHouse
9

I stand still inside your tears.

Shion Sono c'est l'enfant mal-aimé du cinéma nippon, n'ayant jamais été distribué en France. Pourtant culte, que ça soit pour son Suicide Club (ainsi que le manga qu'il en a fait), Cold Fish, ou...

Lire la critique

il y a 10 ans

16 j'aime

Ma première fois
Hyunkel
3

L'amour au temps du Biactol

Bon en même temps, c'est vrai qu'avec un titre pareil, il ne fallait pas s'attendre à un film contemplatif sur la méditation transcendantale. Et que le résumé laissait augurer du pire. Mais bon, de...

Lire la critique

il y a 10 ans

56 j'aime

6

Il était temps
Hyunkel
4

Back to the boring

Empereur de la comédie romantique à l'anglaise, Richard Curtis fait prospérer les vendeurs de mouchoirs depuis déjà vingt ans. Qu'il soit derrière la plume, comme pour 4 mariages et un enterrement et...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

17

The Dark Knight Rises
Hyunkel
7

Gotham champ de bataille

Il y a sept ans, avant la sortie de Begins, Nolan partait avec le confort offert par un anonymat relatif, et surtout le désastre innommable, ineffable et total qu'était Batman et Robin. Aujourd'hui,...

Lire la critique

il y a 10 ans

28 j'aime

7