👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

D'une horreur absolue, cette suite (?) d'un des films les plus inutiles du monde s'avère un peu plus intéressant (?) que son prédécesseur...
En effet, au delà de l'apprentissage sur l'art et la manière de découper une personne vivante en beauté, cet épisode Flower of Flesh and Blood ne se contente pas d'être une simple séance de torture tirant sur la longueur.
Non.
Car la malheureuse victime est anesthésiée. Le principe ne repose donc pas sur la torture et la souffrance, contrairement à son prédécesseur, et nombre de films d'horreurs initiés par Saw bien des années plus tard.
On assiste donc pas au délire d'un maniaque assoiffé de souffrance, mais au fantasme d'un fou furieux cherchant l'esthétisme d'une découpe minutieuse et colorée.
Il y a une vraie recherche artistique... Ça fait bizarre de dire ça quand même.
Toujours est-il que la première remarque qui me vient à l'esprit est : ils sont fous ces japonais.
Car finalement la démarche est encore plus démente qu'une simple séance de torture et de sadisme.
Donc ça y va de la découpe, du jeu sur les couleurs, et des délires poétiques du bourreau, et de l'ennui du spectateur...
On attend la fin impatiemment, car c'est assez rébarbatif, jusqu'à cette ultime séquence où le japonais fou déguisé en samouraï nous présente l'ensemble de son œuvre, en poussant la chansonnette.
Et là, c'est une toute autre vision de l'ensemble qui s'est offerte à moi.
Ce sont finalement ces dernières minutes de cette œuvre très particulière qui, selon moi, la rend plus intéressante que ce qu'il n'y paraît.
C'est moins stupide et inutile que le premier, mais tout aussi fou.
Un cinéma d'horreur extrême qui n'a que très peu de limites...

il y a 6 mois

5 j'aime

3 commentaires

Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood
Zogarok
7

Critique de Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood par Zogarok

S’insinue alors un heureux paradoxe, le film se voulant si expressément macabre, réclamant tellement l’absolu, qu’il apparaît plus "grotesque" qu’inquiétant : la chorégraphie de l’horreur est en fait...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime

Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood
Bavaria
1

Critique de Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood par Mickaël Barbato

Le film qui a fait craquer Charlie Sheen : après avoir visionné cet étalage de gore, l'acteur était persuadé d'avoir assister à un authentique snuff et en a informé les autorités qui sont remontés...

Lire la critique

il y a 12 ans

8 j'aime

5

Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood
Subversion
3

À la recherche de l'intérêt perdu

On peut difficilement passer à côté des Guinea Pig, cette saga de faux snuffs-movie qui ne cessent d'alimenter des rumeurs folles sur Internet et de diviser les spectateurs. J'ai longtemps hésité à...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime

2

20 ans d'écart
titiro
6

Pas si bête.

Pourquoi aller voir ce film...? -Pour assister à un chef-d’œuvre intemporel qui marquera à jamais l'histoire du cinéma? Évidemment non. -Pour voir une comédie romantique qui va révolutionner le...

Lire la critique

il y a 9 ans

38 j'aime

14

La Nonne
titiro
4
La Nonne

Le chapitre le plus sombre, mais surtout le plus con...

Mais de qui se moque-t-on ??? Qu'est ce donc cette manière de prendre les spectateurs pour des truffes ??? Et pourquoi, mais POURQUOI gâcher un tel potentiel ?!?!?! J'ai beaucoup aimé les 2 épisodes...

Lire la critique

il y a 3 ans

37 j'aime

14

Ghostland
titiro
8
Ghostland

Une claque brutale.

Je pensais que Ghostland était sorti en janvier dernier. Je pensais que mon cinéma avait décidé de le diffuser tardivement, pour je ne sais quelle raison. Je n'avais pas fait attention au fait que...

Lire la critique

il y a 4 ans

34 j'aime

13