Affiche Habemus Papam

Critiques de Habemus Papam

Film de (2011)

« Je suis un aboulique »

Cinq ans après son dernier film, Nanni Moretti revient donc sur nos écrans... à reculons. En choisissant de suivre l'errance d'un homme terrassé par une tâche trop lourde pour lui : pas tant un homme qui ne veut pas - après tout quand on lui demande s'il accepte d'être le nouveau pape Melville dit oui, mais un homme qui ne peut pas. Sujet éminemment troublant, mystérieux, à la limite de la... Lire la critique de Habemus Papam

99 21
Avatar Senscritchaiev
8
Senscritchaiev ·

Le discours d'un Pape

Ô joie incommensurable de ne pas voir la bande-annonce d'un film, ni même lire une seule ligne se rapportant à ses qualités ou défauts, avant de le voir sur grand ou petit écran ! De ce film, je ne connaissais que : Nanni Moretti (Aïe Caïman, j'avoue j'avais peur), Michel Piccoli, un psy, un Pape... Avec tout ça, je me suis attendue à tomber sur une nouvelle version du Discours d'un Roi où sa... Lire l'avis à propos de Habemus Papam

26 23
Avatar Before-Sunrise
8
Before-Sunrise ·

Critique de Habemus Papam par reno

Habemus Papam est un film d'abord surprenant. Nanni Moretti traitant du conclave, on aurait pu s'attendre à un film politique, une tragédie sur le pouvoir ; on s'attend à Shakespeare (à ceci prêt que l'anglais n'aurait pu traiter du pontificat), on trouve Tchekhov. Sans doute, semblait-il, les Ors du Vatican eussent-ils mieux convenu à l'univers du tragédien élisabéthain, qu'à celui du russe,... Lire la critique de Habemus Papam

20 3
Avatar reno
9
reno ·

Panique au Vatican

Les pourpres et les ors pour élire un nouveau pape, transformant en Saint Père un vieux cardinal simple et discret interdit par une telle consécration. Panique au Vatican, fuite et subterfuges pour échapper à la responsabilité écrasante qui va désormais être la sienne : le pape disparaît... Michel Piccoli, touché par la grâce, incarne divinement bien cet homme qui voudrait mais ne peut pas,... Lire la critique de Habemus Papam

58 12
Avatar Aurea
7
Aurea ·

Fumata Negra.

Il est parfois difficile d'expliquer aux gens qu'on ne peut pas. Le simple fait de leur confier cela provoque irrémédiablement une vive incompréhension de leur part. Ils finissent par vous dire, "Hé bien, il suffit de te bouger un peu". Et là c'est le drame, car votre seule réponse vous l'avez déjà donnée. Il arrive parfois que ça vous tombe sur la gueule, et que vous passiez votre temps à... Lire la critique de Habemus Papam

19
Avatar Kenshin
7
Kenshin ·

Critique de Habemus Papam par Gérard Rocher

Le Vatican est en effervescence, le Pape est décédé. Les fidèles par milliers envahissent la Place Saint-Pierre afin de découvrir le nouvel élu. C'est à l'issu du Conclave que le monde connaîtra le nouveau souverain pontife mais les débats risquent d'être longs compte-tenu du nombre de candidats. Enfin une fumée blanche s'élève, les chants et les acclamations commencent à se faire entendre de... Lire la critique de Habemus Papam

41 8
Avatar Gérard Rocher
8
Gérard Rocher ·

Sous-pape d'admission.

Une vacance romaine, en quelque sorte. Il fallait une grande délicatesse dans le traitement de cette histoire pour que le film ne tourne pas à la farce loufoque et ne devienne pas, du coup, une chose inoffensive. Et c'est bien une des caractéristiques de cette œuvre de Moretti que de constamment surfer à la lisière des choses. Il y a des fois où un tel positionnement montre l'indécision de... Lire l'avis à propos de Habemus Papam

17 14
Avatar guyness
7
guyness ·

Je n'ai pas envie de lui chercher des crosses...

Ca faisait pas mal de temps que je n'avais pas pris autant de plaisir devant un film récent, moi... Alors que je pensais ce bon Nanni mort et enterré depuis dix ans (mon Dieu !... L'horrible Caïman !) le voici en très grande forme, avec ce qu'il faut de sérénité en plus dans la forme pour offrir une très belle mise en scène. Avec ça, le charme et la drôlerie de la belle époque, et un Nanni... Lire la critique de Habemus Papam

55 58
Avatar Torpenn
7
Torpenn ·

Un homme et des lieux.

C’est sous les ors somptueux et démesurés du Vatican que débute, au fil d’une procession solennelle, le récit d’un enfermement. A l’abri du regard du monde, mais non de celui de Moretti, le conclave désigne un homme qui se voit lentement conduit vers le balcon : la petitesse de l’individu face au gigantisme des lieux, l’effroi d’un visage (Piccoli, sensationnel) et la béance d’un balcon qui... Lire l'avis à propos de Habemus Papam

19 2
Avatar Sergent Pepper
7
Sergent Pepper ·

Quelque chose a dû m'échapper

En sortant du cinéma, j'avais l'impression d'avoir passé un bon moment. Puis j'ai discuté avec d'autres gens, et j'ai pris conscience de la vanité de ce film ("vanité" étant ici le substantif de "vain", et non celui de "vaniteux"). Au final, il n'y a pas grand-chose dans cette comédie dramatique, au demeurant honorablement interprétée. Que vient faire un psychanalyste dans un endroit où il ne... Lire l'avis à propos de Habemus Papam

26 7
Avatar m4urice
5
m4urice ·