👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"I can target anyone, anything, anywhere..."

Dans l'organique ambiguïté de l'œuvre de commande et de l'exercice matriciel, Blackhat s'expose comme un thriller de haute volée qui puise sa force non pas dans les arcanes du genre, ici essoufflées, mais dans son onirique enlacement fataliste et stérile. Les protagonistes marginaux, incomplets, inexpressifs, quasi-spectraux, nourrissent le code binaire d'une mise en scène ouatée, parfois littéralement ambrée dans la subjectivité des figures et de la menace qui les englobe. Michael Mann y reste fidèle à lui-même pour notre plus grand plaisir, quitte à abandonner toute notion de didactisme et d'identification, le visage des acteurs se perdant dans la mise au point électrique des images numériques, la représentation cybernétique aussi précaire que la romance naissante auréolant un réalisme oublié : leur somme explose dans le climax final, ballet de formes chaudes à contre-sens, pantins inconscients dansant dans la masse d'un monde vain zombifié par la haute-technologie. Blackhat a beau refléter les quelques lueurs d'un spectacle désincarné, il se révèle pour tout spectateur qui daigne cracker les codes de son réalisateur comme le tableau explosif et abstrait de maux très contemporains.

MaximeMichaut
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Last shots : pour une poignée de derniers plans...

il y a 7 ans

2 j'aime

2 commentaires

Hacker
Sergent_Pepper
6
Hacker

Optical Malady

Michael Mann affirme désormais clairement sa singularité, et par conséquent divise la critique de façon assez radicale. Les acquis à sa cause y décèlent la patte d’un auteur hors norme, se jouant du...

Lire la critique

il y a 7 ans

66 j'aime

42

Hacker
Velvetman
9
Hacker

La numérisation de Ghostman

Se projetant dans un film d’action où tout se joue dans les mouvements, dans une réflexion théorique de la matérialité, dans un état de ramification de synapses cybernétiques inatteignables, Michael...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8

Hacker
Toshiro
8
Hacker

New Frontier Drifter

« La question est de savoir quelle forme accomplit ça, quelle forme de composition, quelle forme de lumière, quelle forme de musique accomplit ce que j’avais en tête ». Voilà comment Michael Mann,...

Lire la critique

il y a 7 ans

55 j'aime

29

Un homme idéal
MaximeMichaut
5

"Le sable était noir..."

À l'image de son titre fraudeur, Un Homme Idéal patine prévisiblement sur ses ambitions de thriller référentiel, mésaventure romantique d'un plagiaire glissant sur la pente rocambolesque du crime...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

The Homesman
MaximeMichaut
8
The Homesman

Critique de The Homesman par MaximeMichaut

THE HOMESMAN est un sublime western empli de folie douce, où Tommy Lee Jones encre son talent de metteur en scène en brouillant avec talent les limites entre réalisme et fantastique, âpreté et...

Lire la critique

il y a 8 ans

15 j'aime

Baby Driver
MaximeMichaut
8
Baby Driver

Des promesses à tenir et des miles à parcourir avant de revivre

Fraîchement rejeté du projet Ant-Man par l'écurie Marvel, Edgar Wright s'est lové dans l'un de ses amours majeurs de cinéma, The Driver de Walter Hill, pour enfin donner naissance à un projet vieux...

Lire la critique

il y a 5 ans

13 j'aime