👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On pourrait gloser des heures sur les qualités artistiques de ce film zébré de scènes sublimes. Et encore des heures sur son casting raté, son scénario accidenté et sa fin grotesque. Un Michael Mann au sommet de son art au service d'un film naze.

Gaor
6
Écrit par

il y a 7 ans

5 commentaires

Hacker
Sergent_Pepper
6
Hacker

Optical Malady

Michael Mann affirme désormais clairement sa singularité, et par conséquent divise la critique de façon assez radicale. Les acquis à sa cause y décèlent la patte d’un auteur hors norme, se jouant du...

Lire la critique

il y a 7 ans

66 j'aime

42

Hacker
Velvetman
9
Hacker

La numérisation de Ghostman

Se projetant dans un film d’action où tout se joue dans les mouvements, dans une réflexion théorique de la matérialité, dans un état de ramification de synapses cybernétiques inatteignables, Michael...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8

Hacker
Toshiro
8
Hacker

New Frontier Drifter

« La question est de savoir quelle forme accomplit ça, quelle forme de composition, quelle forme de lumière, quelle forme de musique accomplit ce que j’avais en tête ». Voilà comment Michael Mann,...

Lire la critique

il y a 7 ans

55 j'aime

29

Funny Games
Gaor
10
Funny Games

Vous n'auriez pas des oeufs ? C'est pour la voisine.

Ce film ne peut se regarder sans un décryptage. Car lorsqu'on a compris qu'Haneke joue avec ton rapport à l'image, ton incapacité à t'en extraire et sa facilité à te choquer, faire de toi une...

Lire la critique

il y a 12 ans

62 j'aime

5

Super Mario 64
Gaor
10

Naissance d'une dimension

Comme c'est un peu chiant de redire ce que tout le monde a déjà dit en mieux ou ce que tout le monde sait déjà, je vais la jouer ego-trip typiquement Web post 2003. Autant dire que ça va être...

Lire la critique

il y a 12 ans

48 j'aime

1

La Ligne verte
Gaor
1

Critique de La Ligne verte par Gaor

Je hais ce film, t'as pas idée. C'est du vomi sur pellicule. Du dégueulis de bons sentiments, plus prévisibles que la prévisibilité, plus formatés que le formatage, plus binaires que la binarité...

Lire la critique

il y a 12 ans

34 j'aime

13