Le virus est pour le spectateur !

Avis sur Hacker

Avatar Alexandre Agnes
Critique publiée par le

Ca commence avec une erreur de casting : arborant pendant plus de deux heures le même air constipé, Chris "Thor" Hemsworth est si parfaitement mono-expressif qu'il ferait passer Sam Worthington pour Louis De Funès !

Ca continue avec des aberrations à la pelle : le héros est un hacker qui a pour CV une bagarre dans un bar et quelques piratages informatiques, mais il est gaulé comme un super-héros marvelien (littéralement donc) et se révèle être un pur action-man à la John Woo, aussi capable d'enfoncer sans sourciller un tournevis dans la tempe de son adversaire que de descendre des mercenaires lors d'une fusillade en pleine foule ! Sans parler de ce flic qui lui aussi loge des bastos plein milieu du front à des tueurs professionnels qui lui tirent dessus avec des mitrailleuses à balles perforantes (enfin elles passent au travers de la tôle de conteneurs de paquebots... mais notre héros les arrête en s'entourant le torse de magazines !), ou de cette voiture qui explose avec un sens du timing tellement précis (juste après que le héros en soit sorti à l'improviste et que frère et sœur se soient fait un signe de rabibochage) que ç'en devient aussi prévisible que risible...

Le temps de saupoudrer tout ça de quelques emprunts (comme dans "Les infiltrés" de Scorsese, le seul flic pouvant réhabiliter le héros se fait plomber ; comme dans la saga "Die Hard", le super méchant top intelligent n'est au final qu'un vulgaire voleur ; sans parler des références que Mann fait à sa propre filmo, réutilisant notamment la romance contrariée de "Miami Vice"...) et autres grosses ficelles scénaristiques (aaaah le bon vieux coup du : "Chef, le seul mec qui peut nous sortir de ce merdier c'est ce type, en prison, super dangereux mais qu'on va quand même devoir libérer le temps qu'il nous aide... et qui nous filera entre les doigts à la fin !" ...), et tu obtiens un film bien long, prétentieux et agaçant que je t'ai un peu spoilé pour t'éviter de perdre 2h13 de ta vie !

Dommage : la séquence d'ouverture, lors de laquelle Michael Mann (qu'on a connu plus inspiré) montre de l'intérieur l'action d'un virus informatique comme s'il filmait le drame de Fukushima, avait pourtant de la gueule...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 246 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Agnes Hacker