Affiche Harakiri

Critiques de Harakiri

Film de (1962)

Honneur et cris dans le vent.

Parce que l'Histoire est toujours écrite par les vainqueurs, Masaki Kobayashi n'aura de cesse de s'intéresser aux vaincus, aux laissés pour comptes, aux opprimés ou aux prisonniers, bref à tous ceux que les livres vont oublier fort volontairement, préférant bien souvent la vérité officielle à celle de l'individu. Que ce soit par le biais du chanbara, du fantastique ou du drame contemporain,... Lire la critique de Harakiri

204 12
Avatar Kalopani
10
Kalopani ·

« Au seuil de l’éternité, cet homme peut vous apporter quelques vérités profondes »

Partition visuelle orchestrée sur le principe du crescendo, Harakiri distribue sa virtuosité formelle, narrative et émotionnelle avec une maitrise à couper le souffle. [Critique contenant des spoilers] Les préliminaires instaurent avec autorité la structure figée du code avec lequel compose l’élite guerrière japonaise. Surcadrée, l’image accorde une place prépondérante à l’architecture, aux... Lire l'avis à propos de Harakiri

213 30
Avatar Sergent Pepper
10
Sergent Pepper ·

Hara qui rira bien le dernier

Il y a quelque chose chez les Japonais qui me fascine. Surtout dans les films sur leur moyen âge. Dans leurs maisons, c'est toujours propre et super bien rangé. Jamais de bordel, tout est toujours nickel. Pourtant à l'horizon, pas une armoire, pas même le moindre meuble. Jamais. Nada. Et si tu regardes bien, ils ont toujours un maximum de sapes. Des machins avec moult épaulettes, des plis dans... Lire l'avis à propos de Harakiri

144 31
Avatar DjeeVanCleef
10
DjeeVanCleef ·

L'honneur est dicté par les vainqueurs

Un ronin, à demi hébété, se présente au château du clan Lyi, quémandant l’autorisation de pratiquer décemment le rituel du Harakiri en leurs murs. Reçu par le chambellan, celui-ci le met en garde. L'honneur n'est pas un vain mot pour sa maison, s'il espérait une aumône pour le dissuader de son geste, il n'obtiendra rien de cela. Le ronin le rassure, il ne se dérobera pas, et ce n'est pas le... Lire l'avis à propos de Harakiri

68 4
Avatar Hypérion
8
Hypérion ·

Honneur & tragédie

Japon : XVIIème siècle. Tsugumo, un samouraï, vient se présenter au château du seigneur Kageyu Saito pour se faire Hara-kiri. Alors qu'il explique vouloir aller au bout de son geste, il souhaite juste que l'on lui donne l'occasion de raconter son histoire... Quelle maîtrise de la part de Masaki Kobayashi ! Il alterne entre présent et passé à travers des flash-back bien amenés et, dès le début,... Lire la critique de Harakiri

62 7
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Les sabres de bois

Le début du XVIIème siècle entraîne de profonds changements dans la société japonaise. Le shogun (sorte de général en chef) devient le véritable dirigeant du pays, l'empereur étant cantonné dans un simple domaine religieux. Le shogun va assurer son autorité en réduisant le nombre de clans et en les asservissant. De nombreux samouraï, qui étaient au service des chefs de clans, se retrouvent sans... Lire l'avis à propos de Harakiri

78 16
Avatar SanFelice
10
SanFelice ·

Que te dire...

C'est avec un regard encore profane que je vais juger ce film. Je ne saurais que confier le ressentit qui m'a accompagné tout au long du film. S'il y a bien une chose qui transparaît dans ce film, c'est la maîtrise du cadre. Au château tout est extrêmement figé, et pourtant via la voix grave de Tatsuya Nakadai, on sent toute la détermination, l'assurance et la puissance de son personnage. Il... Lire la critique de Harakiri

49 2
Avatar Kenshin
10
Kenshin ·

Colère iconique

Hanshiro Tsugumo, protagoniste d’Harakiri de Masaki Kobayashi, représente la colère à bien des égards : celle qui est aussi noble que destructrice. Tsugumo est un rônin et en temps de de paix, il est difficile pour lui de gagner sa vie. Il ne peut donc pas subvenir à ses besoins ni à ceux de sa famille. Sa seule issue est donc de se donner la mort de manière digne grâce aux us et coutumes des... Lire la critique de Harakiri

33 4
Avatar Velvetman
9
Velvetman ·

Le ronin au sabre de bois

Harakiri est avant tout une critique sociétale et politique mais c’est aussi un régal pour les yeux. Kobayashi est un maître de l’épure, un peintre qui joue avec les lignes et la lumière. Chaque plan est cadré au millimètre et ses lumières changeantes sont époustouflantes, chaque clair-obscur un miracle. On reste ébloui par la beauté de chaque séquence et notamment celle du duel dans la campagne... Lire la critique de Harakiri

42 8
Avatar Al_
9
Al_ ·

Le sang s'efface, les légendes demeurent

Ma connaissance du cinéma japonais est certes assez faible mais force est de constater qu’à chaque visionnage ça fait mouche, en me concoctant un petit programme thématique j’ai choisi de débuter par sa figure de proue, Harakiri (avec Lire la critique de Harakiri

46 6
Avatar JimBo Lebowski
10
JimBo Lebowski ·