Séduction, torture et pédophilie

Avis sur Hard Candy

Avatar etiosoko
Critique publiée par le

Le malaise s’installe avec le jeu d’une ado de 14 ans et d’un trentenaire qui se tournent sympathiquement autour sans avoir l’air d’y toucher, chacun jouant son rôle avec la pleine conscience du sien comme de celui de l’autre. Mais quand la traditionnelle proie s’avère être le chasseur, le bourreau et le justicier, plaidant un juste châtiment pour pédophilie, c’est le cauchemar qui commence. Entravé, torturé, physiquement mais surtout psychologiquement après s‘être fait éplucher sa personnalité et son passé affectif, douleur et tension croissent jusqu’à l’insupportable pour ce pauvre photographe, soumis au pouvoir d’une redoutable gamine, despotique et sadique, à l’intelligence inventive et disproportionnée inhérente à une jeunesse malade.
Bon petit film de torture, d’angoisse et de dissection, y compris psychopathologique, dans lequel on se laisse prendre par la mise en lumière progressive des histoires de chacun. L’aventure en soi, jusqu’à son final un peu attendu, ne constituent pas l’essentiel du spectacle. Le supplice constitué par le chantage à l’affectif dans ce qu’on peut aimer le plus, ainsi que la finesse et la pertinence des duels sémantiques, psychologiques et factuels en constituent plus les pierres blanches. Plus gênant encore se veut le dévoilement, malgré les malices et la mauvaise foi, de la perversion cachée dans nos stratégies pourtant quotidiennes de séduction, qu’ils opèrent selon le mode enfant ou le mode parent.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 418 fois
4 apprécient

Autres actions de etiosoko Hard Candy