👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un doux rêve éveillé, une fable atemporelle et lumineuse

7 ans après Corpo Celeste, présenté à la Quinzaine des réalisateurs, et 4 ans après son Grand Prix pour le lumineux Les Merveilles, Alice Rohrwacher revient sur la Croisette cannoise avec Heureux comme Lazzaro, sélectionné en Compétition officielle à Cannes.
La réalisatrice aime les histoires hors du temps. Son nouveau film, tourné en 16mm, s'attache à dépeindre la vie moderne de paysans inféodés d'un village reculé de l'Inviolata italienne, sous le joug d'une famille de marquis moyen-ageux. La temporalité du film est doucement et subtilement effacée par une Alice Rohrwacher qui signe là l'un de ses films les plus aboutis.
Dans ce petit monde à l'écart de la civilisation, Lazzaro incarne l'idiot du village, l'homme frêle et généreux qui ne sait pas dire "non", serviable et servile. Grâce à son jeu sur l'atemporalité, Alice Rohrwacher le magnifie en figure christique, pour le grand plaisir du spectateur.
Un film en deux parties, très distinctes l'une de l'autre, l'archaïsme solaire de la première laissant la place au modernisme surréaliste de la seconde.
Un projet ambitieux emmené par un acteur débonnaire (Adriano Tardiolo) parfait !
À la sortie de la salle, on retiendra l'onirisme des plans granuleux, l'extravagance temporelle de son histoire et la sensibilité de ce conte christique.
Un cinéma à mille lieux du classicisme du reste de la Compétition, et de fait un bon candidat pour une Palme d'Or !
[Edit : le film a reçu le Prix du Scénario au festival 2018]

dam-charron
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2018 et Les films Art & Essai 2018 soutenus par l'AFCAE

il y a 4 ans

11 j'aime

2 commentaires

Heureux comme Lazzaro
chinaskibuk
8

Good boy Bubby

Il est trop peu souvent de ces œuvres qui me transportent et dont je sors en ayant l'impression de nouveauté non aseptisée, Heureux comme Lazarro en fait partie. Ce conte cruel et poétique est...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

7

Heureux comme Lazzaro
dam-charron
8

Un doux rêve éveillé, une fable atemporelle et lumineuse

7 ans après Corpo Celeste, présenté à la Quinzaine des réalisateurs, et 4 ans après son Grand Prix pour le lumineux Les Merveilles, Alice Rohrwacher revient sur la Croisette cannoise avec Heureux...

Lire la critique

il y a 4 ans

11 j'aime

2

Heureux comme Lazzaro
trineor
5

Confession d'incompréhension

A priori, il m'est difficile d'imaginer un film dont l'histoire, résumée à l'écrit, réussirait à m'enchanter plus que celle-ci. Que je commence donc par mettre des mots sur ce que j'ai vu :

Lire la critique

il y a 3 ans

9 j'aime

2

Gagarine
dam-charron
9
Gagarine

Allô la Terre, ici Ivry-sur-Seine !

Passer du court au long n’a jamais été chose facile. Le duo de réalisateurs Fanny Liatard et Jerémy Trouilh se sont fait depuis 2015 une petite réputation dans le milieu du court métrage : leurs...

Lire la critique

il y a plus d’un an

26 j'aime

1

The House That Jack Built
dam-charron
9

Par delà le scandale...

Lars Von Trier aime le scandale. C'est même sa marque de fabrique. 7 ans après ses propos sur Hitler qui lui avaient valu un bannissement du festival de Cannes, qui l'avait déclaré Persona non...

Lire la critique

il y a 4 ans

25 j'aime

La Voix d'Aida
dam-charron
9

Aussi bouleversant qu'effrayant

C’est l’une des grandes révélations de cette Mostra de Venise 2020, qui a bravé la tempête pour avoir lieu coûte que coûte en présentiel, là où tant d’autres festivals étaient contraints d’abdiquer...

Lire la critique

il y a 1 an

22 j'aime