Sexe, tableaux et vidéo

Avis sur High Society

Avatar Théloma
Critique publiée par le

Avec le torride High Society, Byeon Hyeok peint le tableau d'un milieu en trompe-l’œil. Manigances, convoitises et coups-bas sont au rendez-vous d’un thriller politique aux accents de tragédie classique.

Tae-Joon et sa femme Soo-Yeon sont de brillants représentants de la classe supérieure. Lui est professeur d'économie à l’Université de Séoul, elle est conservatrice à l'Alt Space, une galerie d'art contemporain très en vue. Sportif et entretenu, ce couple de quadras qui suscitent l'admiration de tous pourrait se contenter du bonheur qui semble faire son quotidien. Mais à la charnière d’une vie professionnelle et conjugale qui patine, tous deux, chacun dans leur domaine, vont nourrir de nouvelles ambitions. Tae-Joon se lance le défi d'entrer en politique afin de réaliser une utopie qui lui tient à cœur, celle d'une banque citoyenne à grande échelle. Il se laisse séduire par la proposition du parti conservateur, prêt à l'aider dans son projet à la condition qu'il endosse le rôle de candidat à la députation. Soo-Yeon de son côté, entend bien briguer le poste bientôt vacant de directrice du musée dont elle a déjà la responsabilité artistique. Elle doit pour cela obtenir les faveurs de l’actuelle directrice et de son puissant mari.

Une tragédie shakespearienne

Après un départ irrésistible, les astres semblant parfaitement alignés, la trajectoire des deux aspirants à la gloire s’avère plus chaotique que prévue. Le politicien néophyte est confronté à l’envers (l'enfer) du décor : politiciens véreux et mafieux opportunistes. Soo-Yeon quant à elle enchaine les déconvenues. Lors d'une escapade parisienne avec un artiste convoité devenu son amant, elle baisse la garde et se met en danger. L'adversité ne tarde pas à lui en faire payer le prix fort. Dès lors, manigances et jeux de dupes, défiances professionnelles ou déviances charnelles ponctuent un scénario shakespearien où tous les coups sont permis. Il y a quelque chose de pourri dans ce royaume de Corée du Sud semble nous dire Byeon Hyeok qui réussit parfaitement à transposer dans l’univers lisse des milieux d’affaire, les manigances de cour et bouffonneries de derrière le rideau chères au dramaturge britannique. Jouant sur la transparence - de façade - des décors et sur le ballet des personnages, tour à tour alliés ou ennemis, le réalisateur met en scène la farce du pouvoir. A l’image de ce personnage aussi fantasque qu’inquiétant, sorte de gourou de l’art contemporain et parrain mafieux, qui transforme ses ébats érotiques en performances artistiques.

Une parabole moderne

Le film s’apprécie aussi comme un thriller, avec ses retournements de situations et ses moments de suspense. La tension sexuelle y est permanente et précède bien souvent les pulsions de mort. Mais High Society interroge également sur les peurs et fantasmes de la société coréenne. Au travers des relations de pouvoirs empreintes de quasi féodalité, mais plus subtilement sur l’importance de l’image et plus précisément de cette image que l’on renvoie aux autres. Il y a dans le drame de Tae-Joon et de sa femme, la parabole d’Icare doublée de celle de Narcisse. Après avoir joui de la célébrité et des lumières et goûté aux plaisirs extraconjugaux, les voilà punis pour s’être trop exposés. Le déshonneur et la honte prennent alors la forme cauchemardesque d'une simple petite clé noire susceptible à elle seule de refermer toutes les portes entrouvertes. Et la chute n'en sera que plus rude. Bienvenue dans la High Society.

Personnages/interprétation : 8/10
Histoire/scénario : 7/10
Réalisation/musique/photo : 8/10

7.5/10 ++

A voir sur Netflix

Article original sur Lemagduciné

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 648 fois
12 apprécient

Théloma a ajouté ce film à 6 listes High Society

Autres actions de Théloma High Society