Avis sur

Hollywood Homicide par pierrick_D_

Avatar pierrick_D_
Critique publiée par le

Deux policiers,un jeune et un vieux,enquêtent à L.A. sur une série de meurtres dans le milieu du rap.L'entame fait craindre le pire:un énième buddy movie,Los Angeles pour cadre,une cité des Anges de carte postale avec soleil éclatant,beaux quartiers,palmiers,villas avec piscines,image rutilante aux couleurs claquantes,on nage dans le beaucoup trop vu et le cliché total.On a l'impression de mater l'épisode pilote d'une nouvelle série craignos qui pourrait s'intituler "Deux flics à Los Angeles".Heureusement,le réalisateur-scénariste Ron Shelton a un peu plus d'ambition que ça,comme il l'a prouvé avec ses films "sportifs".Il est souvent réduit à cette apparence:le mec qui fait des films sur le sport.Il est vrai qu'il a énormément donné dans le genre."Duo à trois" et "Cobb" parlent de base-ball,"Les blancs ne savent pas sauter" de basket,"Tin Cup" de golf,"Les adversaires" de boxe.Mais toutes ces oeuvres ont la particularité de se situer dans des milieux sportifs mais de parler d'autre chose et de raconter des histoires humaines avant tout.Ce que fait Shelton une fois de plus dans "Hollywood homicide".Certes,c'est un polar et un buddy movie,mais ce sont les personnages qui sont le centre d'intérêt.D'ailleurs,tout le monde se fout de l'enquête,qui n'est qu'une toile de fond.Cette balade cool,décontractée et nostalgique dans un L.A. quasiment fantasmatique n'est pas sans rappeler l'excellent "Duo à trois",qui utilisait les mêmes ingrédients dans le contexte du Sud profond,et présentait également des rapports presque filiaux,en forme de passage de témoin,entre un vétéran et un novice.On pense aussi à un autre polar,"Dark blue",tourné par Shelton l'année précédente d'après une histoire de James Ellroy.Mais là le cinéaste a choisi de faire dans la légèreté et,si l'ombre d'Ellroy plane,son influence est très édulcorée.Car le cinéaste a préféré ici choisir l'humour,même s'il est teinté de mélancolie.Voici donc un duo de flics nettement moins passionnés par leur emploi présumé que par celui qu'ils occupent en plus.Si l'on en croit "Hollywood homicide",tous les policiers du LAPD sont obligés d'avoir plusieurs jobs pour boucler leurs fins de mois.Ainsi,l'ancien est agent immobilier et obsédé par la vente de baraques,et le jeunot donne des cours de yoga,tandis que d'autres sont agents de sécurité ou hommes de main pour des gangsters.La prégnance du milieu du spectacle,qui irrigue Hollywood,est ironiquement décrite à travers l'envie qu'ont la plupart des gens d'en faire partie.Le jeune policier veut devenir comédien et s'apprête à tenir au théâtre le rôle de Stanley Kowalski dans "Un tramway nommé Désir",qu'avait autrefois joué Brando au cinéma sous la direction d'Elia Kazan,alors que des aspirants rapeurs,mannequins ou scénaristes sortent de tous les côtés, qu'on déambule dans la vaste demeure d'un vieux producteur et que la copine de Joe est médium à la radio.Shelton croque ce petit monde avec tendresse et drôlerie tout en nous promenant à travers les lieux mythiques de la Mecque du Cinéma,bien aidé par un casting solide.Si Josh Hartnett est pâle et insignifiant,son compère Harrison Ford accomplit un joli numéro,entre virilité et auto-dérision.Isaia Washington,qui fut un des médecins de la série "Grey's anatomy",a un vrai charisme en truand impitoyable.Défilent aussi Lena Olin,toujours séduisante bien qu'un peu tapée,Bruce Greenwood et Dwight Yoakam,savoureux en flics corrompus,Lolita Davidovich en mère maquerelle,Martin Landau en légende d'Hollywood âpre au gain et Lou Diamond Phillips,qui fait une apparition insensée déguisé en travesti prostitué.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 312 fois
1 apprécie

Autres actions de pierrick_D_ Hollywood Homicide