👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand j'étais petit, j'allais voir les spectacles de danse de ma grande sœur. Une année, elle a essayé la danse contemporaine. Holy Motors m'a fait retrouver la sensation que j'avais connue alors : le sentiment d'incompréhension absolue alors même qu'on ne cherche pas à comprendre...

Et ce n'était pas une révélation positive, c'était simplement la découverte de l'envie de changer de position dans son fauteuil toutes les 10 secondes et de sortir de la salle. Tout ça avec l'ambiance silencieuse et mal à l'aise, les portes qui s'ouvrent et se referment pour laisser partir les moins téméraires...

Moi j'ai résisté jusqu'au bout. Pour preuve, je peux dire que le générique de fin n'a pas de musique. Tout comme le générique du début et la première scène.

Oui j'ai détesté Holy Motors et vous pouvez me dire d'aller me faire cuire un œuf chez Allociné. Je ne vais pas argumenter puisque c'est impossible avec un film comme ça, mais je ne vais pas non plus laisser ce vide dans la colonne critique négative du match des critiques.

Il serait temps que les critiques commencent à comprendre qu'ils s'adressent à beaucoup de monde, comme Xavier Leherpeur qui parle du "film de l'année" au Grand Journal. Il est taré lui, plus personne ne va l'écouter ! Même s'il aime le film, il faut être sacrément suicidaire pour le recommander et donc envoyer tant de monde à l'abattoir (abattoir payant en plus). Même lui doit se rendre compte que ce film n'est absolument pas accessible, élitiste, intello et anti-divertissant.

C'est en voyant des films comme ça que je comprends Phil Dunphy de Modern Family qui voit le cinéma français comme la pire des punitions...

Pour finir, il faudra qu'on m'explique comment deux films du même festival de cannes 2012 se passent dans le même lieu, avec le même espace temps, la même structure et le même résultat : une limousine, une journée, un acteur principal qui rencontre successivement des personnages secondaires, un film intello, incompréhensible et ennuyant !

il y a 10 ans

40 j'aime

32 commentaires

Holy Motors
Chaiev
2
Holy Motors

Pas une affaire Holy

J'ai toujours du mal avec les gens qui continuent à faire des films pour expliquer que le cinéma est mort : j'ai l'impression d'assister à deux heures de nécrophilie. J'ai rien contre l'idée que des...

Lire la critique

il y a 10 ans

130 j'aime

68

Holy Motors
guyness
4
Holy Motors

S'ériger en art triste

Holy brius L'étrange est sans doute la notion la moins bien partagée au monde. Expliquez à vos proches (enfants adolescents, voisins) gavés de télé-réalité ou de téléfilms avec Thierry Neuvic, qu'en...

Lire la critique

il y a 9 ans

123 j'aime

29

Holy Motors
AudeM
10
Holy Motors

Saint Moteur

Treize ans. Treize longues années ont été nécessaires à Leos Carax pour revenir au cinéma français accompagné d’un long-métrage sélectionné au Festival de Cannes 2012. Et quel long-métrage ! Holy...

Lire la critique

il y a 9 ans

106 j'aime

6

Cloclo
MrCritik
5
Cloclo

Douche froide

Allo ? Ecoute, Florent est près de toi ? Il faut lui dire: "Florent, t'as loupé ton film" (Le téléphone pleure) I know, but it's hard to believe... (I know) Le lundi au ciné, c'est une chose qu'on...

Lire la critique

il y a 10 ans

46 j'aime

13

Looper
MrCritik
6
Looper

La boucle est loopée

Bon les mecs, j’ai une idée : on va faire un film pour sens critique ! J’ai bien regardé, et il se trouve que les films de SF y sont bien notés, et plus précisément les films de voyage dans le...

Lire la critique

il y a 9 ans

45 j'aime

27

Holy Motors
MrCritik
1
Holy Motors

Holy Shit

Quand j'étais petit, j'allais voir les spectacles de danse de ma grande sœur. Une année, elle a essayé la danse contemporaine. Holy Motors m'a fait retrouver la sensation que j'avais connue alors :...

Lire la critique

il y a 10 ans

40 j'aime

32