Un western méconnu à (re)découvrir

Avis sur Hondo, l'Homme du désert

Avatar Ugly
Critique publiée par le

Curieusement, ce film est très méconnu en France ; depuis sa sortie en salles en 1953, il n'a pratiquement fait l'objet d'aucune autre exploitation hormis sur les chaînes câblées au cours de la décennie 2000 et en DVD. Pendant des années, les 3 uniques chaînes de télé l'ignoraient sans qu'on en connaisse la raison, d'où le fait que le film soit peu connu.
C'est doublement étrange car le scénario de James Edward Grant recèle des scènes mouvementées bien que peu originales, en respectant les codes du genre (héros solitaire, Indiens, paysages désertiques), mais il se distingue par sa finesse d'écriture, les personnages étant bien plus nuancés qu'il n'y paraît, de même que le portrait du chef indien Vittorio est chaleureux. John Wayne en est le producteur et aussi la vedette parce que le film avait au départ été proposé à Glenn Ford qui le refusa pour incompatibilité d'humeur avec le réalisateur John Farrow. C'était aussi pour Wayne l'occasion de se mesurer à une grande comédienne de théâtre, Geraldine Page dont c'était le premier rôle à l'écran.
J'ai bien ma petite idée sur le fait que Hondo ait été longtemps ignoré en France, c'est qu'il a pu souffrir de la comparaison avec L'Homme des vallées perdues qui a acquis une solide réputation, et qui traitait un thème assez similaire mais en accentuant nettement le côté psychologique. En tout cas, moi je préfère nettement Hondo qui me semble plus authentique et moins chargé en dramatisation un peu forcée comme ça l'était dans le film de George Stevens. En plus, il permet de voir une collection de "trognes" du cinéma américain comme Leo Gordon, Michael Pate, Ward Bond, James Arness, Rodolfo Acosta ou Paul Fix... bref, c'est un western qui n'est pas d'une grande originalité et qui n'a pas la profondeur et l'acuité des films de John Ford, mais c'est l'un des meilleurs rôles de John Wayne.

A noter que le film fut un des rares à être tournés en relief au début des années 50, avant l'avènement du Cinemascope ; bien que ce procédé était perçu comme une sorte de gadget, il était cependant efficace pour rendre l'immensité des paysages, et au cours d'un duel au couteau spectaculaire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 745 fois
18 apprécient · 1 n'apprécie pas

Ugly a ajouté ce film à 3 listes Hondo, l'Homme du désert

Autres actions de Ugly Hondo, l'Homme du désert