👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Alors, revoir un de ses plus grands classiques d'enfance pour jauger de son appétence pour le merveilleux sauce gamin, est-ce une bonne idée ?

Hook ou la revanche du capitaine Crochet, c'est typiquement le genre de films dont la VHS a subi un processus de vieillissement accéléré par un enchaînement de visionnages les après midi de pluie comme de soleil... Quitte à s'abrutir devant l'autel télévisuel, autant privilégier ce qui semblait être de qualité...

L'est-ce resté ? Ma foi, j'avoue avec vergogne que quelques passages ont chuté de leur piédestal. Les enfants perdus méritent parfois des baffes résonnantes tant ils sont horripilants, j'en viendrais presque à me ranger du côté du Capitaine Crochet, trucidez les mon capitaine ! Également ce mélange improbable de Neverland et de Skateboard/baseball/basketball me dérange beaucoup plus aujourd'hui qu'alors...

Mais Hook a gardé de bonnes grosses qualités qui sont venues chatouiller ce qui me reste d'âme enfantine. La musique de John Williams est géniale, tour à tour épique, émouvante, fanfaronnante, accompagnant parfaitement le rythme endiablé de la narration de Spielberg, encore dans ses grandes années... Le réalisateur Pop Corn multiplie les jeux d'ombres et les angles de prises de vues venus d'ailleurs pour donner à son film un tempo jubilatoire, le tout dans des décors fantasmagoriques au possible.

Le scénario reste très bon, il s'apprécie presque mieux une fois adulte tant le travail rendant hommage à l'univers de Peter Pan est savoureux. Les cordes mélodramatiques ont cependant été tressées pour les enfants, mais je suis resté réceptif à l'ensemble.

Hook doit beaucoup à son casting, avec un Robin Willams certes un brin cabotin, mais surtout un Dustin Hoffman parfait dans son rôle de croquemitaine (et la fée Julia Robert ! Son sourire était d'un charme absolu).

Bref, je n'ai pas boudé mon plaisir à revoir Hook, et je le garde précieusement en réserve pour des soirées de grisaille.

il y a 10 ans

51 j'aime

8 commentaires

Hook ou la revanche du Capitaine Crochet
Gothic
7

Tiens ! Prends ce crochet dans ta poire, Williams !

J'avais pensé à "Hook il est Peter Pan ?" comme titre de critique, mais c'était sans compter sur Rano84 (j'aurais dû m'en douter, tout comme le mien, ton humour est douteux lui aussi...oui c'est un...

Lire la critique

il y a 9 ans

67 j'aime

24

Hook ou la revanche du Capitaine Crochet
Kenshin
7

Bagarang!!! (ou Bangerang c'est selon).

Ouh yeah, me revoilà pour la 500 ème les enfants. La 500ème. Diantre! je comptais la dédier à mon premier film vu en 2013 mais qu'importe j'chuis pas encore allé m'enfermer dans une salle...

Lire la critique

il y a 9 ans

52 j'aime

14

Hook ou la revanche du Capitaine Crochet
Hypérion
7

J'ai perdu mon âme d'enfant mais ce n'est pas grave

Alors, revoir un de ses plus grands classiques d'enfance pour jauger de son appétence pour le merveilleux sauce gamin, est-ce une bonne idée ? Hook ou la revanche du capitaine Crochet, c'est...

Lire la critique

il y a 10 ans

51 j'aime

8

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

449 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57