Les absurdes aventures de la pathétique femme à l'arc

Avis sur Hunger Games : L'Embrasement

Avatar LeCactus
Critique publiée par le

Il était une fois, Katniss et son meilleur ami dans la forêt.

- Vise bien Katniss ! T'as encore rien attrapé depuis ce matin ! Si seulement tu tirais aussi bien sur les animaux que sur les humains, on mangerait plus souvent. Et vu la situation,on ferait mieux de devenir cannibaux.
- Ferme-la j'essaie de faire l'effort de tentative de m'efforcer de viser !

Soudain, dans un effet de montage destiné à être incompris, Katniss tire sur son ami imaginaire
- Ah ! S'écrie-t-elle en se laissant tomber dans la neige avec la grâce d'un tractopelle en pneus d'été.
- Qu'est-ce qui se passe-t-il ? Encore les effets hallucinatoires issus de ta bipolarité périodique ?
- La ferme ; je ne suis pas bipolaire ; j'ai juste un caractère mal écrit ! Rentrons au village et embrasse-moi !
- ok.

Après être revenus au village, ils précédèrent à un échange d'amylase salivaires tout à fait illégal. Le président Snow admirait ce spectacle d'un oeil à la fois soupçonneux et quelque peu pervers. Il convoqua alors Katniss pour lui faire part de toute sa cruauté.

- Bonjour Katniss. Tu te souviens de moi ; je suis le président cruel et totalitaire
- Vous avez beau cacher votre incompétence politique derrière votre moustache de dictateur à deux sous, vous ne trompez personne, vil pécore ! Expliqua calmement l'héroïne.
- C'est ta mère le pécore ! Objecta le président dans un élan de fureur.
- D'accord ! Répondit Katniss, sérieusement remise en place. Que puis-je faire pour vous ?

Le président activa alors les enregistrement des derniers jeux, qui ressemblaient étrangement à des extraits du premier film.
- Au dernier jeu, vous deviez vous combattre toi et ton pote Libanais. Mais vous avez choisi de manger des baies tueuses à la place. Résultat, tout le peuple veut se soulever car il a repris espoir.
- j'm'en tamponne le bonnet.
- Certes, mais tu es concernée. Tu vas donc faire le tour des districts pour balancer des discours stériles qui, espère-je, calmeront le peuple. Des questions ?
- Oui ! Pourquoi le peuple veut se révolter ?
- Parce que tu lui a redonné de l'espoir ; tu t'es levée contre le système. La révolte gronde.
- Et donc je représente le symbole de cette potentielle révolte ; autrement dit, je suis la poudrière qui pourrait faire exploser votre état si l'on me mettait en contact du peuple incendiaire ?
- Exact.
- Vous êtes complètement idiot !
- Mais mon plan est infaillible car j'ai une vidéo qui montre que tu embrasses un autre que ton pseudo-copain des jeux.
Le président lui diffuse un extrait de bisou.
- Tu comprends maintenant l'enjeu ?
- Je comprend que vous êtes un vieux pervers sénile et que. C'est dommage, sans ça vous auriez fait un chouette père-noël. Telle la porcelaine, je préfère me casser.

Sur ces mots, elle retourna à son village retrouver son mentor alcoolique et son faux copain. Les trois se mirent en route et firent la tournée des districts. Mais cela ne suffisait pas à calmer les élans de colère du président qui engagea Philip Seymour Hoffman pour l'aider.

- Salut Phil. Comme tu le sais, mes décisions politiques se révèlent la plupart du temps stupides. Pourtant, j'étais sûr qu'envoyer Katniss faire la tournée des peuples serait aussi efficace que la fois où Kennedy a demandé à Castro de calmer les révolutionnaires communistes du monde.
- Tes notions historiques te trahissent. Que veux-tu ?
- J'aimerai que les gens me craignent pour conserver mon pouvoir à moi tout seul !
- Alors j'ai un plan ! Tu doubles les coups de fouets ; tu maltraites tout le monde, tu instaures des couvre-feux et tu places des stands d'associations humanitaires en recherche de fonds à chaque coin fréquenté des districts. Tu filmes tout ça, et tu balances à la télé.
- Ah ouais ; comme Mandela !
- Et tu entre-coupes d'émissions culturelles telles que : Katniss choisit sa robe, Katniss se rase les cuisses (ça rime en plus) etc. ça va énerver le peuple !
- Ah... Je pensais que le calmer pour éviter une révolte était la meilleure solution. Mais si il faut énerver tout un peuple en lui présentant nos différences sociales pour le calmer, alors j'aurai pas trop de problèmes ! Merci pour ton aide !

Philip s'apprêtait alors à quitter le film dans lequel il s'était égaré, quand le président Snow l'arrêta, désireux de partager une dernière remarque.
- Phil ! Saviez-vous que Snow veut dire neige en anglais et que j'ai une pure tête de père-noël ?
- Euh...
- Ce que je veux dire, c'est que Katniss me dérange quelque peu. Il faudrait la supprimer, parce qu'à force de pas manger des baies, elle créé des révoltes.
- Le meilleur moyen c'est qu'elle meurt.
- Oui mais elle veut pas.
- Il faut l'assassiner, mais discrètement. Que ça soit un accident.
- Avez-vous une idée d'assassinat discret et qui ne risque pas d'énerver les gens ?
- Oui. Il suffit de la faire rejouer aux hunger games devant 20 millions d'auditeurs et de la faire mourir devant leurs yeux ébahis. Après ça, ils comprendront que la colère ne résout rien.
- Vous êtes sûr que ça risque pas de les énerver encore plus et d'accélérer l'effet de révolte car ils voudraient la venger ?
- Non, et c'est mon seul argument.
- Diantre ; pourquoi m'entête-je encore à vous questionner sur la logique de vos stratagèmes dont la finesse égale celle des soies les plus légères dans lesquelles je dors. Merci Phil !

Quelques jours plus tard, au centre d'entraînement...

- Ecoute-moi bien Katniss.
- Tu sens très très fort l'alcool. Pourquoi continue-je à remettre ma vie entre tes mains qui savent à peine tenir la bouteille qui les fait trembler ?
- C'est ta mère la bouteille !
- D'accord répondit Katniss, à cours de propos.
- Donc écoute bien. Cette année, ça n'a rien à voir avec l'année passée ; c'est beaucoup plus dur. Oublie tout ce que tu sais sur les jeux. Un peu comme si tout le film précédent n'avait jamais servi à rien.
- Compris.
- Toi et ton ami au nom de plat Libanais, vous devez vous entre-aider pour gagner. Je sais que ta bipolarité te joue des tours et que t'embrasses tes potes, mais il sera le seul à pouvoir t'aider une fois dans l'arène.
- Si être un boulet attaché à ma cheville signifie aider, alors oui. Il m'aide beaucoup.
- Tes sarcasmes sont aussi pointus que tes flèches. dommage que tu vises toujours à côté. Bon je vais te faire le topo des autres concurrents en 25 secondes chronos car c'est pas vraiment essentiel à ta survie !

Après avoir présenté son lot de personnages stéréotypés où inutile (voire parfois les deux), Katniss se retrouva sur scène devant une foule de spectateurs hystériques. le présentateur, croisement hybride d'Al Pacino et d'Oskar Freyzinger, lui posait comme à son habitude toutes les questions les moins percutantes possibles.

- Alors Katniss ! la pêche ?
- Et même le haricot ! :D
- HAHAHA qu'elle est drôle ! J'en ai tellement les larmes aux yeux que mon bronzage est entrain de couler. Mais dis-moi ; elle est chouette ta robe !
- Oui, c'est le président pervers qui me l'a faite faire. Mais Lenny Kravitz l'a modifiée.
- Ah oui ? Montre-nous ça ; va te pavaner !
Katniss se mit à tourner en rond et prit feu
- Magnifique Mesdames et Messieurs ! Nous sommes époustouflés ! Si seulement ce bon vieux Lenny était aussi bon musicien que styliste, il aurait évité à sa cliente de passer ses deux prochains mois d'entraînement à l'hôpital pour ses brulures au troisième degrés ! Mais vu que c'est beau, on passera outre !

Deux mois passèrent. Katniss commençait à songer que le film devenait un peu n'importe quoi. Elle n'eut pas le temps de comprendre pourquoi qu'elle se retrouva dans l'arène et là, elle comprit que c'était le bordel. Après avoir fui dans la forêt, elle se retrouva en compagnie de son faux-copain, du BG de service et d'une vieille femme un peu inutile.

- Qui es-tu, BG ? Et qui est cette femme ?
- Elle s'en sortira pas, elle a rien à foutre là, mais elle justifiera une scène de sacrifice touchante histoire d'émouvoir le public qui nous regarde. A condition bien sûr que celle-ci soit bien amenée, bien réalisée, et pas bâclée en 10 secondes chrono cadré en plan large inutile et impersonnel.
- J'ai super soif ! Conclua le type au nom de bouffe.

Soudain, un habile dispositif descendit du ciel.
- Je connais cet appareil ! Il suffit de le planter dans un arbre et il se change en fontaine !
- Il n'y a pas de la sève avant tout dans un arbre ? Demanda Katniss, candide.
- Non. la sève, c'est dans le gâteau des rois, sotte.

Après s'être désaltérés, ils s'enfuirent, car un nuage toxique arriva sur eux, tuant la vieille femme en 10 secondes chrono cadré en plan large inutile et impersonnel. Ils parvinrent à en échapper.

- Cette attaque Fukushimienne n'est pas le fruit de la nature. Dit Pitta, l'homme au nom qui donne faim.

Mais vu que tout le monde s'en fout de lui, personne ne prit la peine de répondre. A la place, ils se firent attaquer par des macaques enragés. Après un rude combat (durant lequel un autre personnage se sacrifie en se faisant manger par un singe ; le tout à nouveau réalisé par l'unique pied d'un unijambiste), ils s'enfuirent.

- Oh mon Dieu ! Cette fille s'est sacrifiée pour nous sauver. S'exclama Pitta.
- Mais pourtant, personne ne t'aime ! Il se passe quelque chose de louche !
- Vite ; Rendons-nous sur l'île centrale du début.
- Mais tu sais bien que c'est là que demeurent tous les équipements, et qu'il est forcément gardé par un groupe ennemi !
- Tu es trop défaitiste, Pitta. Je suis sûr que si on y croit fort, on va arriver et trouver tout le matos abandonné et sans surveillance.

Ils trouvèrent le matos abandonné et sans surveillance. Néanmoins, un blond surgit de l'eau et poignarda un autre personnage secondaire qui semblait être devenu aussi énervant pour l'équipe de tournage que pour le spectateur. Le blond se fit évidemment éliminer dans une mise en scène et un jeu qui appuie l'hommage à la mort de Cotillard. D'autres méchants surgissent de partout, c'est le bordel, Phil fait tourner l'île, tout le monde tombe et se noie, sauf les gentils, évidemment, car eux, ils ont appris à nager, et alors que le film détient son record de trucs louches, je détiens mon record de virgules pour cette, phrase.

- Prenons le matériel et partons !
Par une étrange bourde scénaristique qui veut que le matériel ne soit pas tombé de l'île, ils purent s'emparer du matériel.
- Heureusement que les autres concurrents sont plus bêtes que dans le 1 et ne gardaient pas l'île !
- Oui Maintenant, déguerpissons !

Après être déguerpissés...

- Il faut trouver un moyen pour tuer les derniers afin qu'on puisse s'entre-déchiqueter tranquille entre nous. Expliqua Katniss, toujours pleine de bon-sens.
- Oui et j'ai un plan ! Expliqua l'homme de minorité ethnique à lunettes. On attache un fil magique à un arbre qu'on fera tremper dans l'eau. Vu qu'à minuit ils seront tous dans le lac, ils mourront électrocutés dès que la foudre frappera l'arbre géant.
- C'est sans doute le plan le plus débile que j'ai jamais entendu depuis les plans d'invasions Italiens. Et je m'y connais. Déjà, comment le fil résistera ?
- Je l'ai inventé moi ; alors faut considérer que ça marche de toute façon et la fermer.
- ok. Et comment on sait que les mecs seront au lac cette nuit ?
- Parce qu'ils ont plus de matériel et ils viendront le chercher.
- Le matériel est soit sous l'eau, soit avec nous. Rétorqua Pizza
- Bon tu veux qu'on te bute maintenant où t'attend encore un peu ? Lui demanda sèchement Katniss.
- ... Bon je me tais.

Après avoir attaché le fil à l'arbre, Katniss déroulait celui-ci tout en marchant vers la rivière. Quand soudain, le fil bloqua.
- Oh mon dieu ! Ils doivent avoir un problème vers l'arbre !
- Mais non ; c'est toi qui tient l'enrouleur dans la main, couillonne ! (ce qui est effroyablement vrai)
- ils ont quand même des soucis. J'y vais !

Après avoir couru à l'arbre, elle constata que le scientifique très intelligent venait de s'auto-électrocuter de manière complètement stupide ; c'est pour ça que le fil se déroulait plus (enfin... c'est ce que j'ai compris).

- J'en ai marre de ce système qui exploite l'humanité dans des jeux où le peuple doit s'entre-tuer. Je veux redonner espoir aux gens ! Fuck ze système !

Sur ces mots, elle tira une flèche électrifiée sur le dôme qui s'écroula. Katniss s'évanouit car ça partait vraiment en testicule ; son cerveau bipolaire n'arrivait plus à suivre, et se réveilla en compagnie de l'alcoolique, de Phil et de BG.
- WTF ! S'exclama-t-elle ; la surprise égarant son vocabulaire.
- Ecoute, lui ordonna Phil. En fait, je voulais te parler en privé. Pour ça, j'ai demandé au président d'exécuter deux fois plus de personnes, de durcir son régime dictatorial, de réorganiser des hunger games avec toi dedans et j'ai demandé à un max de participants de ne pas te tuer.
- ...
- Evidemment, tu peux te demander pourquoi j'ai fait tout ça alors que je n'avais aucune assurance que tu survives ni aucun plan pour te faire sortir de l'arène, eh bien sache que je me le demande aussi.
- Tu vois Katniss ; renchérit l'alcoolique. Phil a des plans tellement brillants qu'avec lui la révolution ne peut que réussir. Alors je te propose qu'on lui fasse tous aveuglément confiance et qu'on libère le peuple dans la mort, dans le sang et dans les atrocités de la guerre.
- Si vous permettez, je préfère encore m'évanouir plutôt que d'entendre ces conneries.

Et là elle s'évanouit et fit ce que j'aurai préféré faire, à savoir qu'elle dormit paisiblement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2730 fois
81 apprécient · 14 n'apprécient pas

LeCactus a ajouté ce film à 3 listes Hunger Games : L'Embrasement

Autres actions de LeCactus Hunger Games : L'Embrasement