Terminer le film la tête entre les genoux, incapable de respirer à cause des nerfs qui ont lâchés

Avis sur Hunger Games : L'Embrasement

Avatar K_elly
Critique publiée par le

Voilà, je rentre à peine du cinéma où j'ai vu le film en VO (pays anglophone oblige). Je vais avoir beaucoup de mal à faire une critique correcte, et équilibrée, mais je dois la faire maintenant, tant que c'est à vif.
Ce putain de film je l'ai attendu. J'ai attendu sa sortie des mois entiers, me jetant sur tous les sneak Peak que je pouvais dénicher, incapable de tenir en place. Parce que je vais être sincère, cette trilogie est ma préférée. Potterhead depuis dix ans, je l'avoue, la saga de JK Rowling ne m'a jamais fait ressentir ce qu'un seul des tomes de S. Collins m'a procuré. Pour vous dire, j'ai eu du mal à terminer le film.
Je rentre à peine, après une ballade de 15 minutes dans les rues de Belfast. Je tremble (comme j'ai tremblé pendant tout le film, alors que je connais l'histoire par coeur). Je pleure (comme j'ai pleuré pendant à peu près 75% du film) et je suis d'attaque pour terminer la trilogie qui traine sur ma table de chevet, en anglais s'il vous plait.
Le film est une merveille comme j'en ai rarement vu. Généralement, les seconds opus sont meilleurs que les premiers, mais ils laissent une marge pour la suite. Ici, je ne sais pas ce que ça va donner pour après, mais la barre est placée extrêmement haut. Pour moi c'est un chef d'oeuvre, tout simplement.
D'une fidélité exemplaire, on nous offre un casting magnifique. Les acteurs qui ont rempilés, comme Liam Hemsworth, Lenny Kravitz, Willow Sheelds (qui a bien évoluée, et qui prend d'ailleurs une importance non négligeable) ou Donald Sutherland n'ont vraiment plus rien à prouver. Josh Hutcherson présente un jeu d'acteur plus mature, et plus professionnel. Il a d'ailleurs réussi à rendre Peeta encore plus émouvant, notamment lors du passage chez César (qui rend nettement mieux que le précédent qui m'avait un peu déçue car ma phrase favorite n'avait pas aussi bien rendu que je l'espérais) et quand il tient entre ses bras la mourante. Il égale pratiquement Jennifer Lawrence.
Pour ceux qui l'ignorent, je la vénère. Véritablement. Et je trouve qu'elle n'a jamais autant mérité sont oscar que dans ce film là. Je l'ai vu dans Winter's Bone, dans X-Men, dans Loin de la terre Brulée, dans Happinness Therapy et bien d'autres, et elle est loin, mais vraiment très très loin de la magnifique prestation qu'elle a donné dans cet opus. Ce n'est plus du talent, c'est de la magie. Elle donne une dimension absolument bouleversante aux scènes dramatiques qui sont alors insupportables. Notamment la fin, qui sans spoiler, est déchirante, même pour ceux qui s'y attendent. Vous pouvez aller le voir sans crainte, elle saura vous faire redécouvrir ce que vous pensiez vous être imaginés haut en couleur.
Un autre acteur joue à la perfection, je l'avais d'ailleurs déjà remarqué il y a bien longtemps dans Pirate des Caraibes : Sam Clafflin. C'est un acteur vraiment très talentueux, qui, à ma plus grande joie à sû faire honneur à Finnick.
Toutefois, la palme d'or, si palme d'or individuelle est proposée et si on laisse de coté la déjà très récompensée Jennifer Lawrence, revient incontestablement à Jena Malone. Johanna Mason est un personnage très intéressant et complexe, qu'on peut éventuellement apprécier en lisant le livre. Sachez qu'en sortant du cinéma, vous l'adorerez. Comme Helena B. Carter l'avait fait avec la Bellatrix de Rowling, Jena Malone a donné une véritable identité à Johanna. Elle l'a rendue incroyable, invincible et insolente. Elle l'a rendue absolument merveilleuse, à couper le souffle. Et si jusqu'à présent, j'avais remarqué Jena Malone, sans pourtant y attacher de l'importance (Sucker Punch), sachez qu'à présent je vais m'intéresser de très près à elle, tellement elle m'a éblouie dans ce film.
Pour ce qui est des images du film. Parce qu'il y a énormément d'instants rendus symboliques par leur beauté, il y en a certains qui resteront inoubliables. La scène où les vainqueurs apprennent qu'ils retourneront dans l'arène (où on peut constater la solitude qui entoure Peeta), celle où tous les trois se dressent pour protéger Gale, le vieil homme du district 11, le dernier moment de Katniss & Cinna, Peeta qui revient d'entre les morts, l'instant où il vient en aide à la mourante, Mag's, quand Johanna sauve Katniss, avant de lui mutiler le bras, et, incontestablement l'enlèvement de Katnisse, beau à en crever, et le fantastique moment où elle se jette sur Haymitch en lui hurlant "Son of bitch ! You promised me !".
Enfin, retenez en gros que le film restera probablement gravé en vous à jamais. ça promet pour le 3...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 690 fois
11 apprécient · 7 n'apprécient pas

Autres actions de K_elly Hunger Games : L'Embrasement