De l'autre côté ...

Avis sur I Am a Ghost

Avatar JimBo Lebowski
Critique publiée par le

Tout d'abord il y a quelque chose que j'aimerais comprendre, comment peut on laisser ce film de côté pour passer dans les salles des merdasses comme "Annabelle" et compagnie ? J'aurais été absolument ravi de voir "I Am a Ghost" au cinéma, certes petit film américain très peu exposé, il date de 2012 et ne sort qu'aujourd'hui, c'est très bizarre, dans un format qui aurait pu paraître typiquement Direct-to-DVD mais qui se révèle être une petite pépite cinématographique.

Réalisé par H.P. Mendez, premier long métrage du cinéaste californien de 35 ans, qui choisit un thème extrêmement adapté dans le cinéma d'horreur, celui de la maison hantée, mais pour le coup dans un registre bien ingénieux, car nous vivons le film sous l'angle du fantôme et non des habitants victimes de phénomènes occultes. Nous suivons donc Emily, prisonnière de sa propre demeure déserte et d'une journée se répétant à l'infini, une médium la contacte pour tenter de l'aider à quitter les murs de la maison et se rappeler des événements qui ont conduis à sa mort.

En vérité j'ai été littéralement happé par l'ambiance glauque du film dès le premières minutes, la bande son joue un rôle primordial et se révélera être au fil du long métrage extrêmement efficace, on note l'originalité du format de l'image et du style Polaroïd avec des bordures arrondies sur les angles de l'écran, ce qui donne une certaine intemporalité à l'œuvre. La redondance des scènes fonctionne grâce à ces petits éléments qui s'imbriquent au fur et à mesure, l'atmosphère fait le film, l'esthétisme est brillant, la technique remarquable, le scénario se dévoile et l'angoisse monte crescendo. Emily est représentée comme une figure lugubre digne du japan-horror, la fille au long cheveux noirs habillée de blanc mais gardant une certaine noblesse figurative se mariant au cadre victorien, elle se perd dans le temps et l'espace, revivant cette journée sans se rendre compte de la veille, il n'y a que nous, spectateur, qui nous rendons compte de l'évolution de l'histoire.

En fait on est comme plongé dans une dimension alternative, où nous ne voyons pas les habitants, nous sommes de l'autre côté du miroir, de la frontière entre les vivants et les morts, de l'autre côté ... On tente d'identifier la menace invisible qui terrorise Emily, entre le relativisme et le paranormal, on passe par toutes les émotions, il y a vraiment des moments angoissants, le film ne joue pas forcément sur les jumpscares mais plutôt par la suggestion lourde et oppressante de l'inconnu et des ténèbres imperceptibles. Plus l'histoire évolue plus elle subit des distorsions très intéressantes, entre le grain de l'image et l'esprit de Emily qui semble perdre toute notion de relativité malgré l'aide de la voix presque désincarnée de la médium, le dernier quart d'heure est très sombre, c'est vraiment une expérience oppressante.

Ce qui est cependant un peu dommageable c'est que le final est légèrement abrupte, je n'aurais pas craché sur un petit quart d'heure supplémentaire nous faisant encore plus souffrir, bien que ça aurait pu perdre en cohérence et en efficacité, je pense qu'un David Lynch en aurait fait un chef d'œuvre.

Ce "I Am a Ghost" est sans aucun doute une petite pépite de l'épouvante tout à fait incontournable pour les amateurs du genre, jouant parfaitement sur son ambiance et maîtrisant très habilement le sens du minimalisme. A voir !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 797 fois
18 apprécient

JimBo Lebowski a ajouté ce film à 3 listes I Am a Ghost

Autres actions de JimBo Lebowski I Am a Ghost