👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un tout petit film, sorte de court-métrage rallongé, qui révèle un acteur mais reste trop dans la re

Second rôle récurrent et sympathique du cinéma français depuis trois décennies et notamment vu chez la défunte Solveig Anspach ou chez Anne Fontaine, Samir Guesmi passe derrière la caméra pour la première fois avec « Ibrahim ». Et si son premier essai inspire l’indulgence et la sympathie, il n’en demeure pas moins un petit film anecdotique. Un long-métrage qui a tout d’un court ou d’un moyen métrage et qui aurait certainement gagné à adopter l’un de ses deux formats. Le film est très court, tout juste le temps d’un long épisode de série télévisée (à peine une heure et quinze minutes), mais beaucoup de scènes s’étirent sans véritable raison et certaines circonvolutions sont inutiles. Paradoxalement, malgré cette courte durée, on trouve parfois le temps long.

Ceci mis de côté, Guesmi a fait le choix de la simplicité et du naturalisme à tous niveaux. Beaucoup de choses se jouent dans les regards et les gestes davantage que par le biais de la parole et donc des dialogues. Ce n’est pas un défaut et ce côté chiche en répliques donne une personnalité à ce film qui parle avant tout de la relation entre un père et son fils, relation que l’on devine en partie autobiographique. « Ibrahim » révèle un jeune acteur plein de naturel qui porte le film sur ses épaules. On risque donc de revoir le jeune Abdel Bendaher bientôt s’il négocie bien l’après. Guesmi s’est entouré de quelques amis de sa famille de cinéma comme Philippe Rebbot dans un rôle inattendu ou encore Florence Loiret-Caille avec qui il a partagé l’affiche dans « L’effet aquatique » qui jouent des seconds voire des troisièmes rôles.

Le film est fait de micro-péripéties vécues par un adolescent qui veut aider son père après avoir fait une bêtise. Les intentions sont belles et il y a de jolis moments entre le père et le fils ou lorsqu’Ibrahim rencontre une fille. Ses déboires avec son meilleur ami sentent en revanche le déjà-vu et agacent à force de mauvais choix du jeune homme. On est donc devant une œuvre avec certaines caractéristiques typiques d’un premier film : inaboutie, balbutiante et manquant d’un script plus étoffé. Mais l’humanité et la sincérité qui s’en dégagent poussent à la tolérance. « Ibrahim » n’est pas déplaisant, il manque juste de plus de substance, d’une vraie fin et d’un vrai début pour sortir de la banale chronique adolescente. En revanche, on apprécie beaucoup que le film sorte des sempiternels clichés sur la banlieue. Un premier essai pas vraiment raté donc mais totalement anecdotique.

Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

JorikVesperhaven
5

il y a 7 mois

1 j'aime

Ibrahim
6nezfil
6
Ibrahim

Prothèse, antithèse, synthèse

Prothèse : celle dont le père d'Ibrahim a besoin pour accéder à un poste de serveur. Antithèse : Ibrahim lui-même, pas très loin de la délinquance. Synthèse : ces deux-là vont-ils rétablir la...

Lire la critique

il y a 11 mois

3 j'aime

Ibrahim
Nielk
8
Ibrahim

Critique de Ibrahim par Nielk

Ibrahim est un homme jeune, lycéen de son état. Il est élevé par son seul père qui tient l'étal d'écailler d'une grand brasserie de la place. Ils sont des taiseux tous les deux mais très vite nous...

Lire la critique

il y a 11 mois

1 j'aime

1

Ibrahim
chocapicrocholin
5
Ibrahim

Pas mal sur le papier...

La bande annonce promet un film profondément humain avec un souffle tragique, exposant un père et un fils qui souhaitent bien faire, mais qui, à force d'incompréhensions, de mauvaises décisions et de...

Lire la critique

il y a 11 mois

1 j'aime

First Man - Le Premier Homme sur la Lune
JorikVesperhaven
4

Chazelle se loupe avec cette évocation froide et ennuyeuse d'où ne surnage aucune émotion.

On se sent toujours un peu bête lorsqu’on fait partie des seuls à ne pas avoir aimé un film jugé à la quasi unanimité excellent voire proche du chef-d’œuvre, et cela par les critiques comme par une...

Lire la critique

il y a 3 ans

77 j'aime

12

Once Upon a Time... in Hollywood
JorikVesperhaven
5

Tarantino déçoit avec cette belle et clinquante reconstitution bien trop longue et qui ne va nulle p

On l’attendait comme le Messie ce neuvième film de Quentin Tarantino, son avant-dernier s’il maintient ses dires, surtout vu le duo en tête d’affiche qu’il nous propose. En effet, il recrute deux des...

Lire la critique

il y a 3 ans

69 j'aime

15

Don't Look Up - Déni cosmique
JorikVesperhaven
9

Féroce, subversive et totalement jouissive, une satire au casting caviar synthétisant notre époque m

Un superbe cadeau de Noël cinématographique vient de tomber du ciel! C’est le cas de le dire et il tout autant corsé que génialement satisfaisant. Et c’est sur la plus célèbre plateforme de streaming...

Lire la critique

il y a 5 mois

63 j'aime

3