Fade, sans âme et sans saveur.

Avis sur Identité secrète

Avatar Le Blog Du Cinéma
Critique publiée par le

Quand un réalisateur de la trempe de John Singleton, réalisateur en vogue des années 90 qui en a marqué plus d'un avec des films de « rue » comme Boyz'N The Hood ou Fièvre A Columbus University, se lance dans le cinéma populaire facile et prévisible, c'est le début d'une lente et inévitable descente dans le monde de l'oubli.

Après avoir enchaîné navet sur navet avec des productions comme 2 Fast 2 Furious, Baby Boy ou encore Shaft, on aurait pu penser que Singleton allait rebondir et revenir vers ses premiers amours, à savoir un cinéma vérité dénonçant une certaine précarité sociale, un cinéma poignant assénant un grand coup de massue sur la tête des spectateurs. Que nenni ! Avec Identité Secrète, le réalisateur réitère ses erreurs passées et plonge tête la première dans une piscine sans eau. Peut-être y éprouve-t-il un quelconque plaisir car si tel n'est pas le cas, c'est à se demander quelle bête le pique à chaque fois.

Identité Secrète n'est pas un mauvais film en soi. Il s'agit même d'un divertissement moyen qui trouvera surement un public réceptif. Néanmoins, quitte à faire un film bourrin pour des adolescents assoiffés d'adrénaline, autant y aller à fond. Il faut envoyer le paquet quitte à être dans la surenchère en permanence. Dans un tout autre registre, Expendables avait réussi à retranscrire à l'écran cette explosion de testostérone. Avec Identité Secrète, John Singleton a en permanence le pied sur la pédale de frein.

Le casting (mais que sont donc venus faire Alfred Molina, Michael Nyqvist et Sigourney Weaver ici ?) n'arrive jamais à transmettre une quelconque émotion grâce à un jeu proche de l'autisme, les scènes d'actions, hormis une ou deux séquences de Close Combat intéressantes (on est pas dans un Killer Elite non plus !), ne produiront qu'un léger bâillement, l'intrigue s'apparente plus à un brique à braque de tout ce qui a été déjà fait chez d'autres et de manière beaucoup plus percutante et la caméra de John Singleton n'arrive jamais à insuffler un souffle de dynamisme à un film qui manque cruellement d'ambition.

Fade, sans âme et sans saveur, Identité Secrète n'est autre que le reflet du divertissement fainéant par excellence. Et je ne sais pas ce qui est le plus affligeant : ne pas avoir eu le courage de quitter la salle en pleine projection ou savoir qu'une suite est en préparation.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Le Blog Du Cinéma Identité secrète