La Rechute

Avis sur Il est de retour

Avatar Jackal
Critique publiée par le

Adolf Hitler se réveille à Berlin en 2014, un peu paumé, se frayant un chemin dans ce monde bizarre, sans uniformes, sans guerre, cosmopolite et rempli d'écrans. Un minable journaliste viré de son boulot flaire une bonne occasion pour un scoop et l'accompagne dans un voyage à travers l'Allemagne à la rencontre des habitants, qui le prennent pour un excentrique ou un comédien expérimental. Adolf finit par atterrir dans un talk-show parodique et devient instantanément un phénomène sur lnternet...

Drôle d'idée que d'utiliser la figure du plus célèbre boucher de l'Europe (devenu son croque-mitaines préféré depuis maintenant 70 ans) pour une satire de notre monde contemporain ultra-connecté et, somme toute, incertain et plein de mensonges, mais les aspects éminemment grotesques du personnage n'ont jamais été démentis depuis Le Dictateur de Charlie Chaplin après tout. En vérité ça sert surtout pleinement sur la fin, quand les auteurs donnent leur avis sur les tendances politiques et sociétales actuelles de notre vieux continent

avec le thème d'Orange Mécanique en fond sonore, "Funérailles de la Reine Mary" de Henry Purcell au synthétiseur. Le film commence d'ailleurs avec l'ouverture de "La Pie voleuse" de Gioacchino Rossini, on ne viendra pas me dire que ce n'était pas voulu comme rapprochement. Même une des bandes-annonces y fait allusion, avec l'ouverture de "Guillaume Tell".

Avant cela, l'hilarité répond bien présente avec des gags entre ceux typiques du voyageur perdu dans le temps (quand il calque ses représentations du monde de 1939-1945 sur celui des années 2010 et s'adapte tant bien que mal) et le "mockumentary" à la façon de Borat (plusieurs des scènes où Oliver Masucci déguisé va au contact du public ont semble-t-il été prises en caméra cachée, et ça en devient presque surréaliste quand certaines personnes se lâchent). Tout le monde en prend plus ou moins pour son grade depuis Angela Merkel jusqu'au NPD (surtout le NPD), en passant par les touristes à "selfies", les grosses boîtes médiatiques prêtes à tout pour faire le buzz, et les utilisateurs / vidéastes de Youtube bien sûr. L'accès de colère de La Chute est parodié dans une scène... mais pas par celui à qui on s'attend, façon de rendre hommage au film (ou du moins à la scène) auquel le mimétisme d'Internet doit beaucoup.

Je ne sais pas pour le roman d'origine (ne l'ayant pas lu), mais le film n'était vraisemblablement pas trop bien préparé à la confrontation avec le coeur même du nazisme, la scène glaçante avec la vieille dame juive le montre particulièrement. La satire s'écroule peu à peu après cela, la mise en abîme avec le tournage d'un film sur son retour s'égare un peu. En tout cas les acteurs n'ont vraiment pas froid aux yeux, Oliver Masucci en tête bien évidemment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3936 fois
36 apprécient · 2 n'apprécient pas

Jackal a ajouté ce film à 13 listes Il est de retour

Autres actions de Jackal Il est de retour