👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je crois qu'entre Fort Saganne, Le Désert des Tartares et ce film, je vais avoir des problèmes d'amalgames mémoriels ! Von Sydow apparaît dans ces deux derniers, mais pas du même côté de la clôture séculaire entre soldats et civils. Toutefois, les deux collaborent, tout comme les nationalités sur le tournage : c'est un casting anglophone qui fait parler la Première Guerre mondiale française en filmant au Nevada avec du sable marocain (une sombre histoire d'assurances empêchait de déplacer Hackman de son pays, victime d'un mal de dos).

Les décors sont jolis mais minoritaires (vive le sable d'importation !) et les dialogues communs. Mais Richards, en bon publicitaire, arrive avec nonchalance à faire parler le symbole : le chapeau d'un mort, en deux coups de cuillère à Jarre (Maurice), devient la métaphore instantanée d'une belle tristesse, dont on regrette qu'elle ne soit pas plus poussée dans l'écriture des personnages, lesquels restent assez centrés sur leurs mimiques comme si elles devaient être les seuls signes de leurs personnalités. Pareil pour Terence Hill, son rôle, c'est son sourire et ses acrobaties.

Les mondanités et la diplomatie sont des atouts de March or Die. Elles lui donnent un côté Peter Pan pas déplaisant, non plus que Deneuve, qui est fidèle à elle-même tout autant que méconnaissable, ou Ian Holm qui interprète un chef arabe avec brio. Hackman est un peu vieillot (sans doute du sable algérien lui eût-il mieux convenu), mais il n'est rien au regard d'une question qui se pose hélas beaucoup : pourquoi pas plus de ci, et pas moins de ça ? Des films que j'ai cités en en-tête, il est le moins mémorable, parce que rien ne le pousse au derrière comme l'ambition ou la tension. La guerre éclate comme sortie de nulle part, pas vraiment une fatalité ni vraiment une envie.

De vagues erreurs alchimiques pour un produit qui n'est pas de très loin inférieur à sa propre ambition.

EowynCwper
5
Écrit par

il y a 3 ans

Il était une fois... La Légion
HITMAN
6

L'Ange du désert.

Au début de la Grande Guerre, la Légion étrangère, arriva du Maroc pour se joindre aux alliés et vaincre les Allemands. Les Légionnaires furent les soldats les plus décorés de France. Après...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

1

Il était une fois... La Légion
Fatpooper
6

Sous le soleil

Sympa. L'idée de base est bonne. Le développement est un peu décevant à cause des nombreuses pistes explorées. Les personnages sont intéressants mais leurs relations ne sont pas assez exploitées ;...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime

3

Il était une fois... La Légion
AMCHI
7

Critique de Il était une fois... La Légion par AMCHI

S'il manque à Il était une fois la légion le souffle et la puissance qu'on attend d'un tel type de cinéma ce film sur la Légion étrangère n'en reste pas moins un beau film d'aventures au ton...

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime

5

Ne coupez pas !
EowynCwper
10

Du pur génie, un cours de cinéma drôle et magnifique

Quand on m’a contacté pour me proposer de voir le film en avant-première, je suis parti avec de gros préjugés : je ne suis pas un grand fan du cinéma japonais, et encore moins de films d’horreur. En...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime

Mélancolie ouvrière
EowynCwper
3

Le non-échec quand il est marqué du sceau de la télé

Si vous entendez dire qu'il y a Cluzet dans ce téléfilm, c'est vrai, mais attention, fiez-vous plutôt à l'affiche car son rôle n'est pas grand. L'œuvre est aussi modeste que son sujet ; Ledoyen porte...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

3

Les Communiants
EowynCwper
7

Critique de Les Communiants par Eowyn Cwper

Qu'est-ce qui rend le cinéma de Bergman plaisant ? Dans Les Communiants, ce n'est certainement pas le décor, une église où se pressent six fidèles devant un pasteur grippé. Ce n'est pas non plus...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime