La légende de l'Homme à l'Harmonica

Avis sur Il était une fois dans l'Ouest

Avatar Real Cosmic M
Critique publiée par le

Prologue :

Harmonica : Vous avez un cheval pour moi ?
Sbire : On est un peu juste.
Harmonica : J'en vois 2 qui ne sont à personne. (Fusillade)

Qui ne connaît pas ce film sérieux ? Tout le monde le connaît ! Je ne compte même plus le nombre de fois que je l'ai vu et je l'apprécie toujours autant. Ceci dit, je ne l'ai jamais analysé et critiqué. Donc on va être clair tout de suite : je n'ai trouvé aucun défaut à lui reprocher. C'est un 10 bien mérité.

Un film culte à plus d'un titre

Ce film est génial à ce point. Il est bon en terme d'histoire, de réalisation, de personnages, bref il est bon tout court. La réalisation est très intelligente et bien pensée. Ce qu'on pourrait reprocher est qu'elle ne diffère pas vraiment de la réalisation de certains films de western spaghetti déjà culte (la Trilogie du Dollar, Rio Bravo, etc on les connait). On a beaucoup de gros plans sur le visage des personnages afin d'accentuer leurs expressions faciales , ce qui permet une meilleur transmission de tout le ressenti des personnages. Il y en a vraiment beaucoup de ces plans et pas autant de plans américains en revanche. Le réalisateur fait beaucoup de travail aussi sur le jeu d'ombre dans le film, en particulier pour l'Homme à l'Harmonica (je le nommerai l'Harmonica désormais). Les scènes de fusillade ne sont pas aussi nombreuses à l'opposé de certains films de western; cela s'explique que ce film prend principalement le parti de mettre le genre au service de l'histoire et non l'histoire au service du genre. Le montage aussi est très bien pensé, surtout l'utilisation vraiment bien des flash-back sur fond musicale. Toutes les scènes de flash-back sont purement sans dialogues mais uniquement avec le thème principale du film. Ce qui est vraiment prenant.

Mais ce que je retiens aussi, c'est la qualité d'écriture des dialogue. Presque chaque dialogue sont cultes, que se soit les échanges entre Frank et l'Harmonica , ou alors l'Harmonica ou Cheyenne. On pourrait reprocher leur qualité de vite dépassée selon les canons actuels mais dans le contexte, elle est dans le ton des films de cette époque :

Cheyenne : Continue de jouer l'Harmonica, mais gare aux fausses notes
L'Harmonica (en faisant une fausse note) : Comme celle-là ?

Mais par dessus-tout ce sont les personnages qui portent le film mais il n'y en a que 4 de vraiment intéressants et développés.

La Bonne, la Brute, le Truand et le Cheyenne

On va commencer par Jill McBain (jouée par Claudia Cardinal). C'est l'héroïne du film. Elle a perdu toute sa famille à cause de Frank et fait office de femme courage qui a tout perdu. Elle découvre malheureusement l'ouest sauvage dans ce qu'il y a de pire; elle ne peut faire confiance à personne pas même au mystérieux Harmonica à cause de sa rudesse, quitte à faire des choix difficile, voir même des compromis avec Frank en voulant défendre la propriété de son domaine. Beaucoup de personnes n'aiment pas ce personnage car elle n'apporte presque rien au film et qu'elle est limite ennuyante. Ce n'est pas faux. Ceci dit son personnage est tout autre dans la mesure où son histoire constitue un plus grand contraste avec celui de l'Harmonica.

Frank (joué par Henri Fonda) est le bad guy froid dans toute sa splendeur. Sergio Leonne avait déclaré en son temps qu'il était difficile de trouvé un acteur capable d'incarner Frank. Henri Fonda l’interprète dans toute sa dangerosité et sa menace. Mais c'est dans la manière dont il est filmé qu'il donne plus de charisme et de sens de la menace. Il est qui a le plus d'influence et son caractère dangereux et sans pitié est vraiment perceptible et fait de lui un personnage craint.

Le mystérieux Homme à l'Harmonica (Charles Bronson), il est l'anti-héro dans toute sa splendeur. Il a veut tuer Frank mais c'est une personne qui veut le faire au bon moment et de la manière la plus sadique qui soit. Aussi sans pitié que lui, il est incompris par Jill qui ne voit en lui qu'une brute de plus. Il possède un trait grand contraste avec Jill. Ils ont tous les 2 perdus des personnes qui leur sont chers et veulent tous les 2 se venger de Frank mais chacun d'eux utilise une méthode différente. L'Homme à l'Harmonica en tuant un à un ses hommes, Jill en essayant de faire des compromis avec Frank. C'est un homme avare en parole mais quand il le fait, c'est la classe incarnée.

Il y a enfin le personnage de Manuel Gutierrez alias Cheyenne (Jason Robards ). C'est l'un des personnages que je ne comprenais pas l'utilité dans le film. D'abord prisonnier, il devient assez un allié de circonstance de l'Homme à l'Harmonica dans le combat contre Frank même s'il se montre quelques peu méfiant envers lui.

Sinon, les autres personnages ne sont pas aussi intéressants que les précédents car l'histoire se concentre essentiellement sur le quatuor. Il y a bien Morton (Gabriele Ferzetti ) mais il est assez transparent dans le film. Ceci dit, certains le sont comme élément déclencheurs de l'histoire. C'est le cas des sbires de Franck dans la première partie ou la famille de Jill. Les premiers permettant à l'Harmonica d'attirer encore plus l'attention sur lui et les seconds permettrons à Jill d'être impliquée aussi dans cette histoire de vengeance.

Deux approches pour un film

Le film est particulièrement raconté et rythmé. Avec les chansons d'Ennio Morricone, le film est bien accompagné et s'articule entre 2 grille de lecture. Dans un premier sens, si Jill McBain est le centre du film, on peut voir que la narration progresse selon la manière la plus efficace de se venger. Jill veut se venger certes, mais ne pouvant faire infléchir Frank décide de s'offrir à lui. L'Homme à l'Harmonica veut l'affronter de manière très subtile en le poussant sur les nerfs jusqu'à leur affrontement final.

Dans un premier lieu, il tue ses hommes, fait échouer son "enchère", tue les "concurrents" et enfin le tue

2 méthodes, mais c'est celui de l'Harmonica qui gagne. Bizarrement, j'en ai vu une parabole de la 2nd Guerre Mondiale ! Supposons que Frank représente le fascisme/nazisme, Jill les collaborateurs et l'Harmonica les résistants, ce film prend un tout autre sens, mais cela signifierai que les résistants ont une méthode bien plus subtiles de vaincre leurs adversaires. Cependant, cela est un peu en contradiction avec la scène finale qui est une scène plus classique d'un western spaghetti.

Un western culte

Bref, ce film est un très bon de western. J'hésite à dire si c'est le meilleur film de western spaghetti mais il fait parti pour moi des plus cultes avec la trilogie du dollar. Maintenant, je vais me remettre à la flûte ! Je sais c'est moins classe que l'harmonica.

Epilogue :

Cheyenne (avant de mourir à l'Harmonica) : Le jour où quelqu'un réussira à te descendre, fait en sorte que ce soit de la part d'un bon tireur...

Version fun de la critique ici

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 372 fois
4 apprécient

Real Cosmic M a ajouté ce film à 39 listes Il était une fois dans l'Ouest

Autres actions de Real Cosmic M Il était une fois dans l'Ouest