D Day

Avis sur Il faut sauver le soldat Ryan

Avatar Al_
Critique publiée par le

Après 1941, Empire du soleil et La liste de Schindler, Steven Spielberg aborde pour la première fois la seconde guerre mondiale sous l’angle du film de guerre.

Il nous fait vivre le 6 juin 1944 avec une intensité rare, l’immersion est totale au cœur des troupes qui, la peur au ventre, vomissent leurs tripes quelques minutes avant de débarquer dans l’enfer d’Omaha Beach. La rage, la fureur et la brutalité de cet événement nous est restituée au plus près, les balles sifflent et plongent, la mer devient rouge, le vacarme est assourdissant et l’horreur est à son comble. Cette séquence d’anthologie est une leçon de cinéma : mise en scène et dramaturgie touchent à la perfection ainsi que le montage et le son. La scène du débarquement justifie à elle seule de voir le film.

"Il faut sauver le soldat Ryan" est un film de guerre spectaculaire dont les séquences du débarquement ou du pont comptent parmi ce qui se fait de mieux dans le cinéma de guerre ou d’action. Des scènes où le suspense ne nous lâche pas, où la tension est permanente, où la vie ne tient qu’à un fil comme dans le terrible corps à corps au couteau. Le film joue aussi la carte de l’émotion mais sans être aussi convaincant. Ces scènes sont souvent maladroites et tombent à plusieurs reprises dans le pathos sans compter quelques dérapages patriotiques un peu lourds comme lors des lectures de la lettre d’Abraham Lincoln.

Fidèle à ses préoccupations, Spielberg aborde l’idée de sacrifice, s’interrogeant sur la valeur d’une vie autour de cette question : pourquoi envoyer un groupe d’homme se faire tuer pour en sauver un seul ? Cette question est le fil conducteur de l’histoire, chacun des personnages y apportant sa propre réponse. *** spoiler *** Il conclue toutefois son film sur une ironie cruelle, juste et logique dans une guerre, Tom Hanks étant tué par un soldat allemand qu’il avait libéré à l’instar de John Gavin dans « Le temps d’aimer et le temps de mourir » abattu par un partisan russe quelques minutes après lui avoir sauvé la vie. *** spoiler *** En effet, il montre combien la guerre est sale, cruelle et sordide. Qu’évidemment on se tire dans le dos, qu’on exécute par vengeance, par haine et qu’il n’y a pas de guerre sans crimes.

Spielberg nous raconte cette guerre à travers "l’équipée sauvage" d’une unité en mission dans le bocage normand. Un film dont les héros sont des types banals avec leurs doutes, leurs failles ; des hommes qui ont peur mais dont le comportement et l’action sont héroïques. Le choix de Tom Hanks pour le personnage principal est emblématique, il a souvent incarné le type du coin embarqué dans une aventure hors du commun à l’instar d’un James Stewart. La distribution est ici à l’opposé du "Jour le plus long", ce n’est pas un défilé de stars. Et pourtant quelle belle galerie de comédiens : Tom Sizemore, Barry Pepper, Bryan Cranston ou encore Vin Diesel dont c’est sans doute le meilleur rôle. Sans compter l’étoile montante Matt Damon qui éclipse Edward Burns. Ils sont tous justes même si dans ce groupe chaque personnage tend à endosser un stéréotype et c’est un peu une des limites du film. Heureusement leur humanité vient apporter un contrepoids au cliché.

Une nouvelle fois Spielberg pose un jalon dans l’histoire du cinéma hollywoodien, comme il n’a cessé de le faire depuis "Jaws", que ces films soient réussis ou non. Un grand conteur d’histoires.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1236 fois
24 apprécient

Al_ a ajouté ce film à 1 liste Il faut sauver le soldat Ryan

  • Cover Top 100

    Top 100

    Classement finalement assez variable selon l'humeur et les revisionnages.

Autres actions de Al_ Il faut sauver le soldat Ryan