Avis sur

Il reste du jambon ? par billyjean

Avatar billyjean
Critique publiée par le

Attention, spoiler inside....

L'idée de départ (si il y en a vraiment une) est louable : confronter deux familles, deux cultures et les images stéréotypées qu'elles ont l'une de l'autre, pour montrer que les clichés, c'est faux, et que surtout l'Amour, lui, ne s'arrête pas aux clichés, que l'Amour réunit des mondes que tout sépare, etc. (original, non ?)
Bon vu qu'il y a de bonnes réparties, des acteurs corrects, une image pas trop dégeu, ça nous fait une petite comédie sympa, pas révolutionnaire, mais sympa. Et vu comment la salle (très mélangée d'ailleurs) riait quand j'y étais je pense d'autres seront d'accord sur ce point.

Seulement, ce film laisse un petit malaise quand on en sort : oui d'accord les clichés c'est pas bien, mais justement le film n'est-il pas bourré de clichés non assumés ?
Partant de l'idée qu'une bonne caricature est volontairement désignée comme caricature (cf Molière hein et Coluche par exemple), plusieurs choses non assumées comme caricatures me chiffonnent dans ce film.
D'abord, il y a d'un côté les "français" (désignés comme tel par "les arabes", c'est pas moi qui le dit) : à savoir une famille monoparentale (mais la mère a trois chiens qu'elle considère comme ses enfants), très friquée, apparemment catho, et avec des idées très arriérées sur ceux qui sont différents (du genre : les arabes sont tous des terroristes).
De l'autre, il y a les arabes justement, qui vivent dans une cité (Nanterre), qui ont beaucoup d'enfants, et peu d'éducation (la mère reprend les études, elle est en cm2, le père s'improvise coiffeur dans une partie de l'appart et veux faire semblant de s'y connaitre en utilisant des mots comme "bigoudis", waou.).
Je sais pas vous, mais moi j'ai l'impression que pour un spectateur lambda, des familles comme ça on en croise pas non plus tous les jours dans la vraie vie.
Alors, ce que nous apprend le film, c'est que ces gens ont beau être très différents, ils peuvent finalement s'entendre autour de l'amour (et de l'alcool, oui parce que le papa bourgeois picole avec les arabes pendant un mariage traditionnel et du coup tout va bien) qui réunit leurs enfants, et surtout que en fait ils peuvent être gentils (enfin ça ça concerne surtout les arabes, les bourgeois on en parle pas trop dans le film) et accepter une française.
Et là vous vous dites : quel dommage qu'il ait fallu attendre ce film pour le savoir, ça change ma vie cette information.

Bon passons là dessus, vous avez compris l'idée.
Je passerai aussi sur le fait que le fils Djalil est médécin chef des urgences (oui, même les arabes peuvent avoir des bons métiers, c'est fou) et que la fille journaliste sortait avant avec un blondinet méché genre le mec qui sort de HEC et qui est un connard (l'antithèse de Djalil donc, parce que on dirait pas comme ça mais même les bons français peuvent être des connards, CQFD).

Autre chose que j'ai retenu dans ce film qui voudrait se moquer des clichés, c'est que très naturellement, on apprend que c'est le mec qui a de l'argent, qui a un appart dans le lequel vient vivre sa copine, qui a une voiture et qui la conduit, qui se fait servir le café par sa meuf le matin, qui la laisse ranger le bordel, etc.

Enfin, notre beau couple se sépare à un moment, parce que la gentille française apprend que le méchant arabe a renié sa soeur parce que celle ci s'est faite engrosser par un mec qui la finalement quittée. La gentille trouve ça pas bien que le grand frère renie sa soeur et la traite de pute (et là, je suis d'accord avec elle, mais bon on en sait pas plus sur les tenants et aboutissants de ce drame familial donc difficile de juger).
Donc ils se séparent, mais finalement pendant le spectacle de fin d'année de la maman (qui est en cm2 je le rappelle) les deux se retrouvent, et tout est bien qui finit bien.
Sauf que la question de la soeur n'est toujours pas réglée (oui parce que c'était pour ça qu'ils s'étaient séparés), alors moi je préviens juste ; je sais pas si leur couple est parti pour durer, hein.

Ah, j'allais oublier un bon conseil: si jamais vous êtes blanche et que vous sortez avec un "arabe", et que sa famille vous accepte pas trop encore, suffit de poussez une petite gueulante genre "oh didonc ça sfait pas de parler arabe quand je suis là" et ça sera bon, les arabes faut juste leur montrer qu'on a un peu de caractère pour qu'ils nous acceptent. (c'est pas moi qui le dit c'est Anne Depetrini)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1729 fois
26 apprécient

Autres actions de billyjean Il reste du jambon ?