I ain't that man anymore.

Avis sur Impitoyable

Avatar artificier
Critique publiée par le

D'entrée, ça tape : un arbre, une vieille maison et un homme qui creuse une tombe sur fond de soleil couchant, brûlant. Il enterre sa femme, morte de maladie.

Après cette introduction qui sera plus que primordiale par la suite (pour comprendre la psychologie de William Munny/Clint Eastwood), on se retrouve dans la bourgade de Big Whiskey. Un soir, un homme venu prendre du bon temps dans la maison close du coin taillade une prostituée. Lui et son ami sont amenés devant le shériff, Little Bill, qui décide de les faire payer en chevaux leur erreur (7 chevaux qui reviendront au gérant de la maison close et non aux prostituées).

Pour les prostituées, la sentence est complètement injuste car les deux hommes repartent sans avoir reçu le moindre coup de fouet (et surtout, sans être pendus). Elles réunissent une somme d'argent et lance un appel dans la région : 1000$ à celui qui tuera les deux hommes.

A partir de là, c'est plusieurs personnages avec leurs motivations (pas forcément saines) et leurs erreurs qui vont se percuter. Entre le shériff qui décide de botter le cul à tous ceux qui osent tenter de tuer les deux hommes et ceux qui se lancent à la poursuite des criminels, ce sont des mondes qui se rencontrent et des scènes cultes qui arrivent à la pelle.

De par l'erreur d'un homme de ne pas avoir fait le bon geste au bon moment (punir les fautifs au lieu de rabaisser plus bas que terre les prostituées), ce sont des vies entières qui vont être chamboulées : English Bob mais surtout William Munny (Eastwood), Ned Logan et le Kid de Schofield.

Je pourrais déblatérer des dizaines de lignes sur la psychologie de chacun des personnages (English Bob, l'opportuniste qui repartira bredouille, William Munny partagé entre son ancienne vie et son train de vie actuel, Ned Logan fidèle ami de Munny qui l'accompagne sans hésiter et le Kid, jeune présomptueux qui ne tardera pas à voir l'inimaginable) mais je vous laisserais apprécier un des derniers western d'Eastwood...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 564 fois
8 apprécient

Autres actions de artificier Impitoyable