👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un film allemand un peu fauché sur la fin du monde : merci à Cannes et ses sélections parallèles qui permettent la mise en lumière d’une diversité salvatrice.

In my room multiplie les fausses pistes, qui semblent assumées au vu de son amusante ouverture, durant laquelle un caméraman visionne des rushes et se rend compte qu’il a confondu les boutons on et off de son appareil lors d’interview de personnalités politiques : on ne voit ainsi que des transitions à jeter, et la mise en place de l’objectif qui s’éteint au moment où l’image allait devenir substantielle. Une façon d’annoncer la couleur sur plusieurs tableaux : la maladresse d’un protagoniste loser, mais aussi la vie qui l’attend, faite de récupération et de recyclage avec les déchets d’un monde qui va cesser de fonctionner.

La première partie, trop longue, dresse le portrait de l’antihéros et de la fatigue généralisée d’un monde qui ne tourne plus vraiment rond, tant dans les relations amoureuses laborieuses que la vie de famille qui tourne à la contemplation de l’agonie des ainés. C’est le portrait du loser et l’hiver de la vie civilisée, dans la grisaille et le désespoir de l’acceptation.

La transition du cataclysme se fait dans un silence glaçant, et prouve une nouvelle fois que l’économie de moyen peut être une force, pour peu qu’on ait le talent adéquat : toute présence humaine s’étant volatilisée, le monde devient une sorte de reste, une after de fête déraisonnable dans laquelle le personnage resté seul va devoir organiser une nouvelle vie. S’en suit l’été d’une singulière robinsonnade, qui vaut surtout par son solipsisme et la sagesse un peu frustre avec laquelle le personnage devenu protagoniste malgré lui organise sa nouvelle vie.

Singulière, parce que les survivances du monde entier le font aussi ressembler à un gigantesque buffet dans lequel on peut encore se servir un bon moment. De ce fait, le rapport à la nature et l’invention d’une roue à aube, s’ils semblent tomber sous le sens, ont un éclat assez ironique dans la mesure où toute option écologique est dorénavant vaine, la terre ayant finalement repris ses droits.

C’est sur ce fil assez ténu que se déroule la suite du récit, par lequel Ulrich Köhler (compagnon de Maren Ade, réalisatrice de Toni Erdmann, à eux seul un couple bienfaisant pour le cinéma allemand contemporain) évite soigneusement toute empathie excessive pour une aventure à la Zemeckis. L’arrivée d’une autre survivante en sera la preuve par l’expérience : l’humain, avant d’être au monde, est un tempérament, que la nécessité peut certes contraindre, mais jamais totalement occulter. In my room, qui porte bien son titre, déplace ainsi les mêmes enjeux d’une saison à l’autre : d’une chambre sordide d’un citadin à l’espace harmonieux d’une forêt luxuriante, la solitude d’un être reste finalement la même.

(6.5/10)

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Nature, Les meilleurs films post-apocalyptiques, Allemagne, Vu en salle 2018 et Vu en 2018

il y a 3 ans

13 j'aime

2 commentaires

In My Room
AnneSchneider
7
In My Room

Effacement

Quelque chose dysfonctionne dans la vie d’Armin (Hans Löw) : journaliste reporter, il fait tourner sa caméra à contre-courant, précisément entre les interviews qu’il souhaitait enregistrer, d’où un...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

4

In My Room
OlivierAntoine1
4
In My Room

Bobo et Boba vont à la campagne

J'aime l'idée de départ: 2 "survivants" livrés à eux-même dans un environnement vidé de sa population mais c'est un genre où les dialogues et l'écriture des personnages sont importants car servent à...

Lire la critique

il y a 1 an

1 j'aime

In My Room
seb2046
6
In My Room

Du chaos naît la lumière...?

IN MY ROOM (12,6) (Ulrich Köhler, ALL, 2018, 120min) : Mystérieux long métrage post-apocalyptique qui narre le destin d'Armin, un homme pour qui la vie n'offre qu'une succession d'échecs...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

706 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

646 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53