👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

ATTENTION ca va SPOILER
C'est le troisième film de köhler que je vois et c'est la troisième franche réussite, même si je trouve celui-ci un peu moins fort que Montag et Bungalow qui sont des merveilles absolues et des films encore trop peu (re)connus. Son nouveau film est sans doute le plus étrange, à tel point qu'il m'a plutôt désarçonné, surtout quant à ses intentions. Nous suivons la vie par très heureuse d'un trentenaire, caméraman malheureux pour la télévision et qui lose à peu près tout ce qu'il entreprend. Il quitte la ville pour la campagne montagneuse, rendant visite à son père, remarié, qui héberge la grand-mère du héros, malade au stade terminal, dont tout le monde attend la mort dans les heures à venir. Pendant toute cette partie du film, Köhler s'obstine à nous montrer les choses qu'on cache d'habitude, celle qui ne sont pas l'écran : quelqu'un qui pisse, qui se récure les dents au fil dentaire, ou un père et son fils remettant le dentier de la grand-mère après son décès. Ces nombreuses scènes font écho à la scène d'ouverture où envoyé en tournage, le héros à confondu les boutons marche et arrêt de sa caméra et n'a donc filmé que ce qui se passe entre ses interviews, ce qu'on n'est pas censé voir. Bon sa grand-mère meurt, il passe la nuit à picoler dans sa voiture sous un pont, il se réveille le lendemain matin avec difficulté et... début du second acte : tout le monde a disparu. Il se retrouve être le dernier homme sur Terre, sans qu'on nous ne donne jamais la moindre explication. Les animaux eux sont toujours là, et il va s'installer dans une maison en pleine cambrousse avec son cheval, sa chèvre etc. La survie est assez facile puisque tous les magasins du monde lui sont ouverts. On ne saura jamais pourquoi ni comment les hommes ont disparus de la surface de Terre, ça semble soucier à peine le héros, c'est peut-être l'écueil du film, mais on comprend très vite qu'Ulrich Köhler s'en fout, il n'est pas là pour faire un survival post-apo comme disent les geeks, mais pour tenter d'analyser le comportement humain dans de telles circonstances. Puis, début du 3ème acte, une voiture approche de son campement, et une femme en descend, la fin du film se vivre à deux... Je suis à la fois enthousiasmé par le film parce que c'est une vraie proposition, un véritable travail d'auteur qui poursuit une oeuvre intelligente et profonde, et je ressens en même temps une petite déception à le voir utiliser les ficelles d'un genre super codifié pour ne pas l'exploiter à fond. A laisser décanter.

FrankyFockers
7
Écrit par

il y a 3 ans

In My Room
AnneSchneider
7
In My Room

Effacement

Quelque chose dysfonctionne dans la vie d’Armin (Hans Löw) : journaliste reporter, il fait tourner sa caméra à contre-courant, précisément entre les interviews qu’il souhaitait enregistrer, d’où un...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

4

In My Room
OlivierAntoine1
4
In My Room

Bobo et Boba vont à la campagne

J'aime l'idée de départ: 2 "survivants" livrés à eux-même dans un environnement vidé de sa population mais c'est un genre où les dialogues et l'écriture des personnages sont importants car servent à...

Lire la critique

il y a 1 an

1 j'aime

In My Room
seb2046
6
In My Room

Du chaos naît la lumière...?

IN MY ROOM (12,6) (Ulrich Köhler, ALL, 2018, 120min) : Mystérieux long métrage post-apocalyptique qui narre le destin d'Armin, un homme pour qui la vie n'offre qu'une succession d'échecs...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

Forever Changes
FrankyFockers
10

Critique de Forever Changes par FrankyFockers

La carrière de Love n'aura duré que de 1965 à 1970. Un bien court moment, mais qui marquera à jamais l'histoire de la musique rock et qui fera du groupe le plus grand représentant du psychédélisme...

Lire la critique

il y a 10 ans

64 j'aime

10

Body Double
FrankyFockers
10
Body Double

Critique de Body Double par FrankyFockers

Pourquoi ce film est-il si important dans l'histoire du cinéma moderne ? Voici une question qui mérite d'être analysée, comme il convient aussi de s'arrêter quelque peu sur le cas Brian de Palma, le...

Lire la critique

il y a 10 ans

52 j'aime

3

Alina
FrankyFockers
10
Alina

Critique de Alina par FrankyFockers

« Je pourrais comparer ma musique à une lumière blanche dans laquelle sont contenues toutes les couleurs. Seul un prisme peut dissocier ces couleurs et les rendre visibles ; ce prisme pourrait être...

Lire la critique

il y a 10 ans

39 j'aime

3