👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

IN MY ROOM (12,6) (Ulrich Köhler, ALL, 2018, 120min) :

Mystérieux long métrage post-apocalyptique qui narre le destin d'Armin, un homme pour qui la vie n'offre qu'une succession d'échecs professionnels et sentimentaux, jusqu'au jour où la Terre se voit vidée de ces hommes de façon inexpliquée. Ulrich Köhler s'empare d'un sous-genre maintes fois traité au cinéma, pour nous livrer une fable utopiste intime à la sobre mise en scène naturaliste toujours au plus près de son protagoniste pour illustrer de manière trop démonstrative l'INCROYABLE transformation de son loser en super héros de ce quotidien hors norme. Le réalisateur conte l'émancipation totale de ce Robinson Crusoé des temps modernes, libéré des carcans et de la pression de la société pour devenir un homme capable de tout savoir faire en réhabilitant une vieille maison de campagne en ferme, des cultures maraîchères, de nombreux élevages etc, dans une sorte d'Eden au milieu de l'Enfer, où seuls les animaux et la nature s'épanouissent en communion avec ce seul survivant bientôt rejoint par une Ève venue de nulle part... Adam et Ève réunis pour la (pro)création d'un Nouveau Monde ? Une œuvre à l'utopie louable sur la possibilité de "vivre autrement" mais dont le récit autarcique de cette évolution psychologique et même physique peine vraiment à convaincre, en accumulant des baisses de rythmes et une structure narrative bancale en deux parties, dont la surprenante conclusion douce-amère laisse libre interprétation à ce drame romantique. Une aventure poétique anthropologiste charmante par l'harmonie retrouvée entre l'homme et la nature et certaines scènes atypiques (scène de danse dans une station service transformée en discothèque notamment), mais une décevante expérience sociologique peu subtile et plombée par ses nombreuses longueurs. Venez-vous perdre dans cette déroutante aventure allégorique au sein de In My Room.
Intrigant. Intime. Sensoriel. Insipide.

seb2046
6
Écrit par

il y a 3 ans

1 j'aime

In My Room
AnneSchneider
7
In My Room

Effacement

Quelque chose dysfonctionne dans la vie d’Armin (Hans Löw) : journaliste reporter, il fait tourner sa caméra à contre-courant, précisément entre les interviews qu’il souhaitait enregistrer, d’où un...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

4

In My Room
OlivierAntoine1
4
In My Room

Bobo et Boba vont à la campagne

J'aime l'idée de départ: 2 "survivants" livrés à eux-même dans un environnement vidé de sa population mais c'est un genre où les dialogues et l'écriture des personnages sont importants car servent à...

Lire la critique

il y a 1 an

1 j'aime

In My Room
seb2046
6
In My Room

Du chaos naît la lumière...?

IN MY ROOM (12,6) (Ulrich Köhler, ALL, 2018, 120min) : Mystérieux long métrage post-apocalyptique qui narre le destin d'Armin, un homme pour qui la vie n'offre qu'une succession d'échecs...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

Plaire, aimer et courir vite
seb2046
8

Jacques et le garçon formidable...

PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE (17,2) (Christophe Honoré, FRA, 2018, 132min) : Cette superbe romance en plein été 93, conte la rencontre entre Arthur, jeune étudiant breton de 22 ans et Jacques, un...

Lire la critique

il y a 4 ans

36 j'aime

7

Brimstone
seb2046
8
Brimstone

Gardez-vous des faux prophètes...

BRIMSTONE (16,8) (Martin Koolhoven, HOL/FRA, 2017, 145min) : Ce western féroce diabolique nous entraîne au XIXème siècle dans l’Ouest américain pour nous narrer le destin de Liz, une jeune femme...

Lire la critique

il y a 5 ans

29 j'aime

4

Moi, Tonya
seb2046
7
Moi, Tonya

Wounds and cry...

MOI, TONYA (15,3) (Craig Gillespie, USA, 2018, 121min) : Étonnant Biopic narrant le destin tragique de Tonya Harding, patineuse artistique, célèbre pour être la première à avoir fait un triple axel...

Lire la critique

il y a 4 ans

27 j'aime

2