👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

César du meilleur film étranger et Palme du meilleur acteur à Cannes pour ce In the mood for love. Le film a au moins le mérite de se faire connaître à travers l'Europe grâce à ses récompenses et à intriguer.
Alors débutons sur les énormes qualités du film. Tout d'abord son esthétique et sa mise en scène globale. Le film est magnifique sur la question. Wong Kar Wai a réalisé un travail monstre à ce niveau. Je prends par exemple les différentes scènes au ralenti sur le thème de Yujemi. La musique est d'ailleurs formidable. Et puis, cette sensation de revivre les mêmes scènes via les différents protagonistes alors qu'il y a peut-être une situation qui change au final. Le film est très stylisé et de ce côté-là, on a droit probablement à un énorme film. De plus, celui-ci a le chic de ne pas tirer en longueur et de durer une petite heure quarante. L'histoire parle d'amour. Du temps qui passe. Et des décisions qu'on prend ou qu'on ne prend pas et qui influent dès lors sur notre vie. Et ici, ce sont des choix sur une relation amoureuse mais bien plus spirituelle que physique. Jamais les pseudos-amants ne s'embrassent. Il s'agit d'une relation forte en amitié mais dont on sent qu'il pourrait y avoir bien plus. Dont les deux personnes veulent plus mais qui ne parviennent pas vraiment à se décider dans leurs choix. De plus, des raisons professionnelles séparent les deux personnes. Le film fait réfléchir et fait penser. Il y a un côté philosophique très intéressant. De plus, contrairement à tous les standards américains, il n'y a pas de clichés sur l'amour ou d'autres choses. On est bien loin de tout cela. Ces deux personnes ne vivent pas une relation amoureuse. Elles pensent une relation amoureuse. Que ce soit avec leur conjoint respectif qu'entre elles-deux. L'importance du texte d'introduction et du texte final est à dire. Ils permettent tous les deux de se faire une opinion plus précise sur le film.
On pourra également signaler que les deux acteurs principaux sont énormes. Mais ma préférence va nettement à Tony Leung. Bien loin d'être mysogine, cet acteur dégage un tel charisme, un tel talent, que sa performance est bien plus supérieure à celle de Maggie Cheung pourtant loin d'être une cloche dans le milieu du cinéma. Pas étonnant que l'acteur se soit fait récompensé à Cannes. On notera aussi une petite kyrielle de seconds rôles aussi intéressants les uns que les autres.
Cela fait un peu trop longtemps que j'ai vu le film (9 jours au moment où j'écris ces lignes) mais il m'a laissé dans l'ensemble un souvenir indélébile. Je ne peux pas en parler comme il faut à cause de cet espace temps que j'ai laissé avant de prendre mon courage à deux mains et d'écrire mais je n'ai qu'une chose à dire en terme de conclusion: voyez-le...
batman1985
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 1001 films à voir avant de mourir et Les meilleurs films asiatiques

il y a 11 ans

2 j'aime

In the Mood for Love
Velvetman
9

La frustration du désir.

In the Mood for Love n’est pas une fresque romanesque grandiloquente sur l’amour mais le simple récit poétique de deux êtres perdus qui regardent, troublés, la déliquescence de leur couple respectif,...

Lire la critique

il y a 7 ans

110 j'aime

In the Mood for Love
Anonymus
10

Critique de In the Mood for Love par Anonymus

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la peinture. Puisque chaque image de ce film est d'une beauté à couper le souffle, d'une vraie beauté de composition, de cadrage, de mise...

Lire la critique

il y a 11 ans

107 j'aime

8

In the Mood for Love
Docteur_Jivago
9

Some kinds of love

C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à...

Lire la critique

il y a 6 ans

73 j'aime

7

Le Grand Rasage
batman1985
9

Critique de Le Grand Rasage par batman1985

Voilà probablement l'un des plus grands court-métrage de tous les temps! Une oeuvre formidable de quelques minutes qui dénonce, sans jamais qu'on ne la voit, la guerre du Vietnam. Pas une seule...

Lire la critique

il y a 11 ans

40 j'aime

4

Manhattan
batman1985
5
Manhattan

Je n'accroche décidément pas...

Je vais certainement me faire encore des détracteurs quand j'attaque du Woody Allen et notamment un des film important du cinéaste. Je vais pourtant tenter, une fois encore, d'expliquer ce qui ne me...

Lire la critique

il y a 10 ans

39 j'aime

1

Shotgun Stories
batman1985
8

Un premier film incroyable

Après l'incroyable découverte qu'était Take Shelter, l'envie de se plonger dans le premier film de Jeff Nichols était vraiment très forte. Dans Shotgun Stories, le cinéaste évoque le conflit entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

7