2016

Avis sur Independence Day : Resurgence

Avatar BestNumber
Critique publiée par le

Titre faisant référence au film 2012, du même réalisateur.

Hop, petit message au début pour vous prévenir que je vais un peu spoiler le film...Mais, est-ce qu’il y a vraiment un truc à spoiler dans ce film ?

Bon, les Independence Day ne m’ont jamais vraiment intéressé. Disons que je les ai vus par la force des choses. Et, généralement, je n’aime pas critiquer et m’attarder sur des films que je n’aime pas, mais bon ça fait partie du jeu. Si le premier était bien sympa, le second (oui, second, parce qu’il n’y aura pas de suites...hein?) alterne entre le film très moyen avec quelques idées et le très mauvais. Enfin bref, c’est reparti pour une suite qui débarque des années après le premier, devenu culte avec le temps, et qui tente désespérément de faire mieux, alors qu’il ne se contente seulement de faire pareil...en gros. Mais le pire c’est que les deux films sont réalisés par le même gars…

Un réalisateur habitué des blockbusters que j’apprécie ou du moins, que je ne déteste pas. Roland Emmerich pense et aborde ses films sur le thème de l’extinction de l’humanité. La destruction de notre Planète Bleue est donc, sauf dans de rares cas, omniprésente dans sa filmographie : une destruction représentée, soit, par des forces qui nous dépassent comme dans Godzilla, Stargate : la Porte des Etoiles, Le Jour d’Après, 2012… D’ailleurs son prochain film s’appelle Moonfall et le titre est déjà assez explicite. Soit représentée par les Hommes eux-mêmes avec The Patriot, White House Down... C’est un réalisateur capable du bon comme du moins bon mais on retrouve néanmoins du bon dans le moins bon. En résulte des films assez moyens, mais quand même divertissants. Roland Emmerich n’est pas un auteur, mais plus un technicien qui s’amuse dans chacun de ses films, à imaginer et concevoir tous les scénarios catastrophes menant à la destruction de la planète Terre. Mais, évidemment il pense également à la sauver, mais on y reviendra… Dans cette critique, on va s’intéresser à l’une des figures majeures de sa filmographie, ainsi qu’à sa suite, bien moins remarquable…

Que l’on soit d’accord, le premier Independence Day n’est pas un chef d’oeuvre, loin de là, mais il réussit à être divertissant et fun. Et cela, on le doit à la principale force du film : le duo Will Smith-Jeff Goldblum qui fonctionne très bien. Will Smith, qui n’est pas présent dans le second film, apporte de l’humour, du charisme et pour faire court, de bonnes scènes à ce film au scénario, disons-le clairement, ridicule. Mais, le tout est fun et je comprends son statut de nanar culte et malgré ses effets visuels et spéciaux vieillissants, il restera toujours supérieur à son successeur…

Alors, on va essayer de trouver pourquoi Independence Day ; Resurgence ne fonctionne pas. Déjà parce qu’un film qui s’appelle Independence Day 2 ne peut pas et n’a pas le droit d’être bon (encore moins un ID 3…). Plus sérieusement, Roland Emmerich ne cesse de se répéter avec ce film. D’ailleurs, en repensant à l’un de ces derniers films, Midway, Emmerich ne cesse de se répéter tout court, finalement, proposant les mêmes scènes d’actions, les mêmes personnages et les mêmes histoires à chaque fois. Mais revenons sur notre film. Avec Resurgence, le spectateur a un arrière-goût de déjà-vu...Parce que c’est le même film. C’est tout. Sauf qu’il n’y a pas Will Smith. On reprend la même histoire, on fait revenir les mêmes acteurs, on prononce les mêmes répliques, etc, tout en profitant des nouvelles technologies.

Bref, je vais rapidement passer sur ce le scénario qui est de toutes façons aussi, concis que le premier : des extraterrestres débarquent (et ils n’ont pas changé d’ailleurs et c’est dommage), mais heureusement, les Etats-Unis sont là pour sauver la Terre. Les personnages ne sont pas intéressants, à part celui de Jeff Goldblum qui réussit à bien reprendre son rôle et qui nous offre les rares bonnes répliques du film. Bref, Independence Day ne surprend plus et n’essaye même plus de surprendre et ce ne sont pas les nouveaux personnages caricaturaux et dénués de charisme joués par des acteurs qui sont dans un surjeu constant et balançant des répliques nanardesques, qui vont pouvoir sauver le film. Le film n’est même plus drôle, il est juste mauvais. Rien n’a changé, à part…

A part les effets visuels. Mais malheureusement, ces derniers sont très inégaux. En effet, on retrouve quand même du bon dans ce film. Et Emmerich peut être un très bon technicien en proposant des beaux plans qui fonctionnent, à l’instar d’un 2012. On va surtout s’intéresser à la première moitié du film, quand les extraterrestres arrivent sur Terre. Et je pense à ce plan, dans l’espace qui montre le vaisseau écrasant la Terre. Ici, les effets visuels sont bons et la notion de gigantisme est réussie. On a aussi ce moment où le bateau se fait poursuivre par le vaisseau. On sent la menace, elle occupe la majeure partie du cadre. Enfin, pour terminer avec les points positifs, on peut citer ce passage où où tout est attiré et projeté dans les airs : alors c’est n’importe quoi, mais ces plans nous proposent vraiment quelque chose d’immersif et de spectaculaire. Ce sont des plans d’ensemble assez longs (comparés au reste du film) pour nous laisser profiter du spectacle. Et j’aime bien la colorimétrie : le tout est arrangé avec des couleurs chaudes, comme pour représenter une vision de l’Enfer avec du feu de partout. Et là le film prend réellement des allures de film catastrophe…

Mais le reste du film… Les effets visuels font très « jeux-vidéos ». Alors, je ne dénigre pas cet art, au contraire, juste que là ça ne passe et je n’arrive pas à y croire. Je pense surtout aux scènes d’actions dans les airs, qui sont en plus déjà-vu, puisqu’elles ressemblent toujours autant à celles de Star Wars. Sinon, c’est juste mal fait, ça pique les yeux et c’est dommage. Enfin bref, je vais parler maintenant de la dernière scène d’action où les visuels deviennent de moins en moins convainquant. En plus de cela, il y a ce plan qui va revenir quelques fois : celui montrant l’équipe au sol qui tire sur les vaisseaux ennemis et notamment le personnage du guerrier congolais. Et c’est un très mauvais plan. Le film essaie de retranscrire une ambiance de guerre alors pourquoi fixer la caméra ? Aussi, il y a très peu d’actions à l’intérieur même du plan: les soldats tirent et c’est tout. Suite à cela, vient la Reine, créature qui ressemble un peu, je trouve, à la Reine de la licence Alien, mais bref. Et vraiment, elle est très mal faite : on n’y croit absolument pas et elle n’inspire à aucun moment la peur et c’est un problème beaucoup trop récurrent aujourd’hui lorsque l’on commence à numériser les créatures… Mais, encore une fois, il y a une volonté de retranscrire ce gigantisme avec des prises de vue au sol, la plupart du temps. Mais cela ne rend pas la scène meilleure pour autant…

Bref, Independence Day : Resurgence est un mauvais film qui reste néanmoins divertissant par-moments et qui réussit à de rares occasions, d’être spectaculaire. C’est également un film qui est composé de tous les clichés possible du genre et d’un humour pas vraiment efficace. Enfin, comme on peut le retrouver dans la filmographie en général, de Roland Emmerich, le film fait preuve d’un patriotisme assez important : encore une fois, ce sont les Etats-Unis qui sauvent le monde menés par l’ancien Président du pays. D’ailleurs, comme ce même Président le dit dans le premier film, dans son discours : « Today we celebrate our Independence Day! ». Le ‘we’ représente l’Humanité entière, toute la population terrienne. Le film peut être vu, à la limite, comme un message d’union : c’est ensemble qu’on va pouvoir s’affranchir, éliminer toute menace et défendre notre Terre... Alors pourquoi ne montrer que les Etats-Unis ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 39 fois
5 apprécient

Autres actions de BestNumber Independence Day : Resurgence