👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Inglourious Basterds est un véritable film de guerre, genre particulier dont il nous rappelle, à l'heure des grandes (re)productions speilbergiennes uniformes, la grande richesse, qu'il s'agisse des personnages, de l'esthétique, des points de vue adoptée ou même des réceptions que nous en avons, nous, spectateurs.

Se retrouve dans cette démarche son sens baroque et son plaisir à systématiquement repousser les limites des genres à partir d'éléments narratifs communs. Kill Bill ressemblait déjà à une synthèse jouissive des dénominateurs communs du Western Spaghetti et du film de sabres Japonais.

Dans Inglourious Basterds, le même esprit de synthèse est à l'œuvre, toujours assimilé au plaisir d'un cinéma référentiel pour explorer la richesse d'un genre qui finalement s'est marié positivement avec de nombreuses cathégories narratives : la comédie, le western, la propagande, le drame etc.
Inglourious Basterds exploite jusqu'à leur frontière chaque catégorie, les fait communiquer en confrontant leur différents personnages. En ce sens, il s'apparente largement a un pastiche.
L'actrice/espionne d'un To be or not to be, le nazi haut gradé, charismatique et maniéré d'un Cross of Iron, les gangsters/soldats, batards hybrides d'un Verboten ! ou d'un Dirty Dozen, l'espion "so british" offrant un aperçu du savoir-vivre que sait garder un gentleman aux services de sa majesté, tous ses personnages se retrouvent réunis et réécris pour une intrigue aux dialogues internationaux a la D-Day.
Et d'un seul coup, tout le cinéma de QT réapparait et propulse ces codes établis a leurs acmés : la frontière des langues devient un véritable outil de suspens tout en explorant avec brio les subtilités de chacune d'entre elles, l'image est obséder par le western spaghetti, la comédie recouvre le tout d'une ironie grinçante et permet la mise en place d'un véritable discours amoureux du cinéma et conscients de ses dangers.
Car comme hitler, nous spectateurs nous dégustons dans notre fauteuil de cinéma chaque "massacre" que la toile nous laisse bien regarder. Voila pour les dangers, la véritable vision c'est celle d'un cinéma puissant, art privilégié de cette bonne vieille catharsis qui nous est cher, et qui a le pouvoir de tout changé, même l'histoire.

il y a 10 ans

13 j'aime

4 commentaires

Inglourious Basterds
Hypérion
8

Tarantino, polyglotte à dessein

Après le décrié Boulevard de la Mort, qui ne s'apprécie pleinement qu'intégré à la pellicule de Grindhouse, Tarantino s'est lancé avec un enthousiasme évident dans son western sur trame de seconde...

Lire la critique

il y a 10 ans

100 j'aime

8

Inglourious Basterds
fifi_
2

Critique de Inglourious Basterds par fifi_

Il y a longtemps, Quentin faisait des films. Il faisait Reservoir Dogs, c'était pas mal, un peu surestimé mais pas mal. Il faisait Pulp Fiction, c'était mieux, toujours surestimé mais mieux. Il...

Lire la critique

il y a 12 ans

91 j'aime

56

Inglourious Basterds
Grard_Rocher
8

Critique de Inglourious Basterds par Gérard_Rocher

En pleine occupation allemande la famille Dreyfus vaque à ses activités dans leur maison retirée du village lorsque des soldats allemands débarquent. A leur tête le colonel Hans Landa.Cet homme est...

Lire la critique

il y a 6 ans

90 j'aime

14

L'Écume des jours
Vividly
10

Ecrire en Jazz....

"Il y a seulement deux choses: c'est l'amour, de toutes les façons, avec les jolies filles et la musique de la Nouvelle-Orléans ou de Duke Ellington. Le reste devrait disparaître car le reste est...

Lire la critique

il y a 11 ans

31 j'aime

1

Inglourious Basterds
Vividly
9

Les truands extraordinaires

Inglourious Basterds est un véritable film de guerre, genre particulier dont il nous rappelle, à l'heure des grandes (re)productions speilbergiennes uniformes, la grande richesse, qu'il s'agisse des...

Lire la critique

il y a 10 ans

13 j'aime

4

Black Swan
Vividly
8
Black Swan

Le chant du cygne

Black Swan raconte avant tout l'histoire d'une petite fille: Nina, jeune, cloîtrée, elle ne vit que pour une chose: la danse, prête à tout pour atteindre les sommets de cet art difficile convoquant à...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime