« Bédot, oinj, tarpé, cône et pilon, si tu connais ces noms, sur ta personne ça en dit long. »

Avis sur Inherent Vice

Avatar François_G_
Critique publiée par le

Nouveau film de Paul Thomas Anderson après The Master, Inherent Vice est une adaptation du livre de Thomas Pynchon : soit un trip halluciné mélangeant polar et comédie, le tout baignant dans un univers kitsch. Un mélange d'ailleurs très réussi.

Le scénario de ce long-métrage psychédélique est narrée par une quasi-constante voix-off. C'est avec celle-ci que l'on va rencontrer le protagoniste principal de cette aventure déjanté : Larry "Doc" Sportello, un détective privé à la coiffure décapante et qui flirte avec la marijuana et autour de lui, des personnages aux multiples particularités et aux caractères extravagants. La distribution des rôles est tout simplement fantasque !

A commencer par Joaquin Phoenix (Her) très convaincant dans son interprétation ; puis vinrent Josh Brolin (Everest), Owen Wilson (La Vie Aquatique), Benicio del Toro (Sicario), Jena Malone (Sucker Punch), Katherine Waterston (Steve Jobs), Reese Witherspoon (Mud), Martin Short (Mars Attacks), Hong Chau (A to Z), Eric Roberts (The Human Centiped 3),... Tous ces comédiens interprètent brillamment leurs personnages, les rendant parfois attachants et sortent des répliques percutantes et qui font rire. L'enquête que mène Joaquin Phoenix est très bien ficelé mais malheureusement, il manque un peu de fluidité dans l'histoire et d'un brin excentrique de folie.

En effet, bien que psychédélique, Inherent Vice reste très sage à mon grand regret. La bande-annonce me montrait un polar halluciné, drôle avec un rythme efficace et rapide ainsi qu'une atmosphère rock'n'roll mais ce n'est pas vraiment le cas quand on se plonge dedans. C'est assez dommage. Mais heureusement, la déception ne fut intense. J'ai su trouvé satisfaction dans cette œuvre déséquilibrée scénaristiquement. Cette lourde et lente fresque Américaine des années 70 se perd un peu dans les enquêtes et les sous-enquêtes que mènent les protagonistes. L'histoire reste néanmoins passionnante avec une ambiance pesante et burlesque shootée à l'humour noir.

Cependant, un manque de promptitude nous perturbe et atténue l'effet de ce film. Cette œuvre romantique et bavarde est portée par une mélancolique et lancinante musique, qui s'acclimate bien dans l'époque et l'univers de ce long-métrage américain.
La réalisation de Paul T. Anderson est magnifique, sublimée par la très belle photographie de Robert Elswitt aux couleurs très prononcées. La virtuose caméra du réalisateur nous offre des plans de toutes beautés à maintes reprises. Certaines séquences, burlesques par ses situations, nous brouillent encore plus les idées ; en plus d'avoir des décors surprenants et déroutants.
Ne connaissant pas grandement les autres œuvres du réalisateur, je ne peux donc "classer" ce film dans sa filmographie. En tout cas moi je le trouve plutôt bon et beau esthétiquement.

Même s'il est loin du chef d'œuvre que j'attendais, Inherent Vice reste un très bon film mélancolique, plaisant, servi par d'excellents comédiens et magnifique visuellement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 612 fois
6 apprécient

François_G_ a ajouté ce film à 22 listes Inherent Vice

Autres actions de François_G_ Inherent Vice