👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ennui. Paresse. Fioritures. Dommage. Voilà les mots qui me viennent à l'esprit lorsque je pense à Inland Empire. Là où Mulholland Drive parvient à captiver malgré son scénario alambiqué, Inland Empire parvient juste à endormir. Pourtant, le film commence plutôt bien, avec l'habituel personnage possédé qui vient mettre à mal le monde d'un autre personnage respectablement installé dans la société.

Mais après, Lynch, que t'arrive-t-il ? On comprend bien la mince frontière entre réalité et tournage, d'ailleurs la mise en abyme est un procédé intéressant en soi. Par contre, au bout d'une heure, on ne comprend plus rien, et cela dure deux heures de plus. Habituellement, j'accepte le côté incompréhensible des films de Lynch car le lien entre mise en scène et scénario, bien que ténu, est toujours rappelé d'une manière ou d'une autre. Néanmoins, j'ai le sentiment qu'ici, le montage ne sert qu'à exprimer une tendance à vouloir faire du "on-comprend-rien-et-c'est-pour-ça-que-c'est-intéressant", sauf que ça fonctionne pas. C'est hypnotique, mais ce genre d'hypnose qui te plonge dans un sommeil profond.

Blue Velvet ou Lost Highway étaient dérangeants et captivants car ils mêlaient intelligemment le rêve et la réalité dans une danse dont on parvenait à suivre les pas. Inland Empire se perd, est foutraque, et ce malgré les belles performances des acteurs. Espérons que, si prochain il y a, celui-ci ne soit pas encore pire, car on passe doucement mais sûrement du génie au grand guignol.
Sonoflake
5
Écrit par

il y a 7 ans

2 j'aime

Inland Empire
Sergent_Pepper
7

Empire likes back

Aborder l’Empire intérieur exige du spectateur de nombreuses qualités, et poussées à un extrême auquel il n’est pas coutumier : patience, endurance, lâcher prise, tolérance, voire indulgence seront...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

2

Inland Empire
Extraphile
10

Aux frontières du dilemme de notre Empire Intérieur

Inland Empire, représente l’apogée du travail de Lynch, d’un point de vue de la réflexion de l’âme, de la description du jeu permanent entre le réel et le subconscient, et bien d’autres thématiques...

Lire la critique

il y a 8 ans

50 j'aime

14

Inland Empire
Vanguard
9

Le cinéma à l'état pur

Que serait le cinéma sans discours, sans morale, sans logique ? Une expérience visuelle et sonore brute, où seul importe l'impact de ces stimuli sur le spectateur. Inland Empire, c'est ça : du Lynch...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

10

Yellow Submarine
Sonoflake
7

Sea of Colors

Yellow Submarine est une belle représentation de la frénésie dans laquelle se trouvaient les Beatles à cette époque-là. Entre psychédélisme, surréalisme, absurde, le spectateur reste malgré tout...

Lire la critique

il y a 10 ans

7 j'aime

La Nuit du chasseur
Sonoflake
8

La simplicité comme poésie

Ce film est une véritable ode à la vie et un hommage non-dissimulé à ce que peut endurer un enfant et jusqu'où celui-ci peut aller pour trouver son petit coin de bonheur. Bien sûr, tout cela s'est...

Lire la critique

il y a 10 ans

7 j'aime

1

Victoria
Sonoflake
9
Victoria

A consommer cul sec

Victoria vous met au défi. Il vous invite poliment à vous attacher à ses personnages, à vous donner foi en la joie humaine, pour détruire l'une après l'autre les briques de l'espoir qu'il avait...

Lire la critique

il y a 5 ans

3 j'aime