L'été 2016 se ressaisit

Avis sur Instinct de survie

Avatar Cxodael
Critique publiée par le

Je suis sans voix. Je ne voulais pas aller jusque-là mais je dois bien l'admettre : on tient là le nouveau Jaws. C'est tout simplement incroyable. Après des Non Stop, Sans Identité & co pas mémorables mais pas désagréables, Collet-Serra se surpasse pour nous offrir un film à la hauteur de ses ambitions. Mieux que ça même.

En fait c'est surtout visuellement que le film fait très fort. C'est d'une pureté esthétique sans pareille. Des ralentis toutes les dix secondes aussi somptueux que les plus belles séquences d'un Zack Snyder. Des écrans de portable qui s'affichent en transparent par dessus le film pour bien qu'on comprenne que c'est une américaine moderne fascinée par les merveilles de l'informatique. Sans pour autant oublier de nous montrer quelques images de son superbe corps qu'on ne remarque pas grâce au téléphone. Il y a de larges travelings autour de la surfeuse, virtuose. Il y en a tellement que je me dis que le film aurait pu durer 10 minutes seulement. Mais c'est pour nos mireilles et ça fait plaisir.

Non et puis le travail sur la tension est assez fascinant. À coups de jump scares à gogo, procédé le plus intelligent du cinéma j'aimerais ajouter, le réalisateur crée un climat de psychose qui fonctionne parfaitement. À quoi bon créer une atmosphère de peur comme le faisait Spielberg. C'est fade.

Et j'adore les personnages d'une profondeur certaine. On parle par exemple de la mère morte d'un cancer, raison pour laquelle la surfeuse est allée sur la plage. C'est franchement beau. Surtout pour l'une des dernières phrases prononcées du film : "Your mother would be proud of both of you". Juste. Et puis il y a aussi tout un travail sur la folie du personnage principal. Peu à peu on la voit se parler à elle-même. Parfois même à une mouette. C'est dire de sa folie dans laquelle elle sombre. Plutôt que de faire un film muet, on écoute des dialogues fascinants avec une mouette. Très juste encore une fois. Et magnifiques surfeurs aussi qui ont l'air d'apprécier les formes de Lively mais qui ne jettent pas un regard en arrière en quittant la plage pour la revoir. C'est vrai et très symbolique du gentilhomme surfeur.

Les dernières scènes avec le requin sont d'une virtuosité sans pareille. Sans doute ce qui se fait de plus beau esthétiquement du film. De même que les derniers plans respirant l'optimisme avec cette plage lumineuse. C'est superbe. D'ailleurs la musique du film est la plus belle partition que j'ai entendue cette année. Avec cette musique héroïque dans le dernier combat contre le requin. Un vrai souffle épique.

Pas besoin d'en dire plus. J'ai adoré et ça marquera sans doute le cinéma pour des décennies. Qui a dit que l'été 2016 était faiblard ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 883 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

Cxodael a ajouté ce film à 1 liste Instinct de survie

Autres actions de Cxodael Instinct de survie