👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Nous vivons pour devenir le fantôme du souvenir de nos enfants", Waoh !

"Interstellar" m'a laissé pantois. Pour moi c'est une Nolânerie de plus. J'entends par là qu'il ouvre plein de pistes, les oublie entre-temps, se contredit en chemin et finit son film là où il devrait commencer avec des conclusions antiscientifiques au possible.

Quand j'ai vu qu'il durait 2h49, j'ai tout de suite senti le truc. C'est maladif, il ne peut pas s'en empêcher.

La première heure et demie part tellement bien pourtant. On y évoque le révisionnisme historique "non les hommes n'ont jamais marché sur la lune", une Nasa secrète dans un monde où les armées ont été abolies, la nécessité de trouver une nouvelle planète car la Terre se meurt...

Qui eût cru que tout le film tiendrait dans cette phrase certes poétique et pourtant très alambiquée : "nous les parents vivons pour devenir le souvenir des fantômes de nos enfants". Et pourtant. Il ose.

En effet, fidèle à lui-même, Nolan dérape au bout de 2h, là où il peine toujours à trouver son second souffle en mauvais marathonien qu'il est.

Ça commence avec l'épisode neuneuide de Matt Damon, le Dr Mann, qui n'apporte rien au film, l'hésitation plan A, plan B... et ça finit avec le trou noir multidimensionnel de l'amour plus fort que la science. Une excellente idée pour un épisode de Twilight zone de 20 mn, mais totalement insuffisante dans un film de SF grandiose aux prétentions mystiques.


Au lieu d'un 2001 bis, Nolan finit sa démonstration avec une "Odyssée cosmique pour neuneus".


Je suis resté sur ma faim avec des questions cruciales soulevées par l'histoire mais demeurant sans réponses : comment les humains parviennent-ils à construire des vaisseaux pour emmener l'humanité sur Saturne ? Qu'advient-il de la Terre et de ses habitants au final ? Et que deviennent les embryons ?


Bref, vous l'aurez compris, Nolan n'est vraiment pas bon sur les longues narrations, il est incapable de tenir le fil de ses histoires.

Il ferait peut-être mieux de faire appel à d'autres scénaristes que lui-même et son frère. Il pourrait en ressortir des films digestes, rondement menés et intelligents. Ça serait pas mal au final.

zardu
5
Écrit par

il y a 4 ans

1 j'aime

9 commentaires

Interstellar
Samu-L
8
Interstellar

Rage against the dying of the light.

Un grand film, pour moi, c'est un film qui m'empêche de dormir. Un film qui ne s'évapore pas, qui reste, qui continue à mijoter sous mon crâne épais, qui hante mon esprit. Le genre de film qui vous...

Lire la critique

il y a 7 ans

415 j'aime

71

Interstellar
blig
10
Interstellar

Tous les chemins mènent à l'Homme

Malgré ce que j'entends dire ou lis sur le site ou ailleurs, à savoir que les comparaisons avec 2001 : L'Odyssée de l'Espace sont illégitimes et n'ont pas lieu d'être, le spectre de Kubrick...

Lire la critique

il y a 7 ans

324 j'aime

85

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141

Gatsby le Magnifique
zardu
9

Attention chef d'oeuvre ! Un film qui porte bien son nom

Le scénario est de Coppola. Avec ça, je me disais d'emblée qu'on était bien parti. Mon optimisme a été récompensé. Pourvu d'une photographie ultra léchée, "Gatsby le magnifique" vous transporte dans...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

1

Sept jours en mai
zardu
9

Rod Serling Meets Frankenheimer : tuerie à l'arrivée !

Ah la bombe de tuerie atomique que c'est ce film. Woao, j'en suis encore tout émoustillé. Faut dire que je suis un fan inconditionnel de Rod Serling. J'ai vu et revu les 155 épisodes de Twilight zone...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

L'Échelle de Jacob
zardu
9

L'un des meilleurs films de guerre jamais réalisés

J'ai coutume de penser que l'ellipse et les images furtives sont bien plus efficaces que les gros plans didactiques dès qu'il s'agit de foutre les boules et de terroriser en profondeur. "L'échelle de...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

1