Avis sur

Intimité

Avatar Gérard Rocher
Critique publiée par le

Jay vit dans un petit appartement à Londres. Sa vie est terne et monotone depuis qu'il a quitté brutalement sa femme et ses deux enfants. Il travaille dans un bar et reste reclus chez lui le reste du temps, ne supportant que très peu la présence de ses amis. Pourtant, un mercredi après-midi, sa vie va basculer lorsque Claire va frapper à sa porte. Ils ne se connaissent pas, mais ils s'observent. Le mercredi suivant, à la même heure, Claire revient. Immédiatement ils se déshabillent et font l'amour. C'est ainsi que pendant une certaine période, sans échange ou presque de paroles, le rituel se poursuit. Un jour Claire vient faire ses adieux à Jay. Celui-ci décide d'en savoir plus sur cette inconnue. Il découvre alors sa vraie vie: Claire est mariée à un chauffeur de taxi et maman. En fait elle rêve de devenir une grande comédienne et interprète dans une salle des sous-sols d'un pub "La ménagerie de verre " de Tennessee Williams.

Pourquoi n'y aurait-il qu'un seul amour: celui régi par les liens de l'union légitime? Pourquoi ne pourrait-on pas ressentir une attirance irrésistible due au seul attrait du sexe ? La rencontre occasionnelle entre deux êtres, ici Jay et Claire, ne peut-elle pas, elle aussi, être propice à un amour sincère, voire à un amour fou? A partir de simples rencontres sexuelles de plus en plus ardentes va naître une passion entre les deux êtres, passion renforcée par les caractère occasionnels et étranges de leurs rencontres. Partant du principe qu'une relation amoureuse est plus exaltante lorsqu'elle est hors du commun et cachée, Claire va y trouver son compte en rompant avec la monotonie de sa vie intime d'épouse. Quant à Jay, il entre dans un jeu qui, après la surprise, va devenir un moment d'intimité indispensable, pour lui le solitaire. Petit à petit, ne connaissant que le corps de la jeune femme, elle va devenir indispensable à son équilibre. Il va attendre avec ferveur sa visite et cette inévitable relation sexuelle. Toutefois cet amour se termine là, lorsque, après une nouvelle étreinte, Claire annonce au jeune homme que celle-ci sera la dernière: elle a repris ses esprits, elle est comme reprogrammée pour reprendre le fil de sa vie conjugale. Cette annonce inattendue est un couperet pour Jay qui est alors pris dans un piège, lui qui n'en a pas fini avec sa passion pour Claire. Torturé de ne plus avoir ses tendres étreintes, de ne plus jouir de cet amour physique qui s'est sournoisement transformé en passion dévorante, il va alors vouloir tout savoir sur sa vie, son environnement. Sa passion débordante le mènera à suivre cette femme. Il ira même jusqu'à s'immiscer dans sa vie privée en dialoguant amicalement avec le bon bougre d'époux. Malheureusement pour Jay, Claire en a décidé ainsi et est devenue insaisissable pour lui.

Par cette réalisation surprenante et poignante,Patrice Chéreau repousse avec beaucoup d'adresse et de sensibilité les tabous de notre société sur le sujet des amours illégitimes. Il comprend cette aventure et l'excuse mais il mesure les conséquences qui peuvent découler de cette relation aussi subite et brève qu'une tempête. Il décrit avec tact le douloureux problème résultant d'un attachement devenu sans espoir de retour. Dans un style érotique et réaliste, le réalisateur se montre donc très convaincant dans son propos. Cette oeuvre et l'analyse qui en découle sont d'autant plus justes que Patrice Chéreau a filmé les scènes d'amour sans pudeur, nous faisant entrer dans le monde secret de ce couple énigmatique... Leur vie mystérieuse s'étale devant nous, naturellement, sans esthétisme et sans voyeurisme. Tout cela paraît d'autant plus vrai que le formidable couple à l'écran que sont Mark Rylance et Kerry Fox sont des personnages dont on ne dit rien et pourtant dans leur histoire et leurs échanges, ils nous paraissent magnifiques. Je voudrais également noter les très bons seconds rôles incarnés par Timothy Spall , le mari de Claire,simple et "philosophe" et de Marianne Faithfull tellement réelle dans son personnage d'écorchée vive.

Dans son film Patrice Chéreau utilise le style de cinéma-vérité et c'est pour cela qu'il se montre aussi sensible dans l'analyse des sentiments. Il fait de cet épisode de vie simple et complexe à la fois une splendide et bouleversante histoire d'amour échappant à toutes les conventions. Mais dans l'amour, n'y a t-il vraiment que le conformisme ? Certainement pas...

Ce film a obtenu l'Ours d'or à Berlin en 2001 ,

Le prix Louis Delluc en 2001.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1013 fois
31 apprécient · 1 n'apprécie pas

Gérard Rocher a ajouté ce film à 3 listes Intimité

Autres actions de Gérard Rocher Intimité