Quand Sartre a écrit "L'enfer, c'est les autres.", il n'avait pas vu Into the Wild. - SPOILERS INSID

Avis sur Into the Wild

Avatar sgtpepere
Critique publiée par le

Et je n'ai jamais lu Sartre donc je ne sais pas s'il y a contre-sens. Comme le chante Insane Coin dans le film "If you don't like my style, kiss my ass". Voilà, c'est dit.

Bon l'histoire, c'est celle d'un jeune qui dégoûté de la société (et plus particulièrement de ses parents), décide de partir dans un voyage vers l'Alaska après avoir fini la fac'. Dans le seul but de vivre pour lui et par lui, en contact direct avec la Nature (oui, avec un grand N).

Sean Penn réalise un très bon film avec ce que je croyais être un long pensum sur l'homme et la nature et qui se révèle être plus être une réflexion sur la société et le bonheur. (Pour info, me trompant sur le sujet du film, je n'ai rien lu ni vu à son propos.)

Et il y a beaucoup à dire sur Into The Wild. je trouve que durant tout le film, le héros (pour faire simple) est idéalisé. Il grandit et se développe dans ses convictions et en tant qu'homme. Il vit selon ses principes et ne dérange personne. Il continue son bonhomme de chemin en rencontrant des gens et en vivant des choses agréables. Et puis, paf, il y a la fin. Tout le message du "vit comme tu l'entends, jusqu'au bout de tes rêves" s'écroule comme un château de cartes. La finalité est la phrase que le héros écrit en toute fin "Le bonheur n'existe que s'il est partagé". Une phrase qui prend encore plus de force dans le pessimisme de la fin du film.

En effet, il y a une dimension religieuse à ne pas négliger durant tout le film et qui prend de l'ampleur dans le dernier chapitre, celui sur la sagesse. Le héros se transcende et comprend le monde dans lequel il l'entoure mais au prix fort. Cela me fait fort penser à la figure de l'ascète, figure exacerbée et soutenue par une honnête critique de la surconsommation. Bref, d'un film qui part sur des concepts qui me plaisent (faire le bien autour de soi et réussir à vivre comme on l'entend tout en restant dans le cadre de ce qui est acceptable pour le Société), je trouve que Sean Penn prend un tournant beaucoup trop extrême et ne permet pas à son héros de s'en sortir.

Alors oui, je sais, c'est une histoire vraie et le héros ne peut pas finir autrement. Il n'empêche que le message est assez ambigu jouant sur la fascination d'une libération vis à vis de la société de consommation et d'un retour à un état quasi primal mais en concluant que tout cela ne permet d'être félicité qu'à sa toute fin.

Il n'empêche qu'il reste un message que chacun peut appliquer, sans avoir à attendre une révélation tardive. Et si je ne suis donc pas d'accord avec la conclusion d'Into the Wild, il reste un grand film qui fait réfléchir et avancer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 400 fois
2 apprécient

Autres actions de sgtpepere Into the Wild