Affiche Irma Vep

Critiques de Irma Vep

Film de (1996)

  • 1
  • 2

Critique de Irma Vep par Ninesisters

Quand nous pensons avoir tout vu, il nous arrive un film invraisemblable, inimaginable, en deux mots complètement fou. Irma Vep, c’est tout ça à la fois. Maggie Cheung (dans son propre rôle), sans doute lassée par les films de kung-fu, arrive à Paris pour tourner un remake des Vampires de Louis Feuillade, dont elle tient le rôle principal jadis interprété par Musidora. Affublée d’un costume... Lire la critique de Irma Vep

9
Avatar Ninesisters
7
Ninesisters ·

So nineties

Aaaaah, le charme fou des films d'auteur français des années 90, quand ça fumait à chaque plan (dans les cafés, sur les plateaux de tournage, en servant du vin lors de repas organisés dans des appartements aux bibliothèques fournies...), ça remontait les quais de Seine de nuit sur une mob, ça partait en rave et ça débattait sur le cinéma... Rien que pour le shoot de nostalgie et le casting... Lire l'avis à propos de Irma Vep

5
Avatar Alexandre Agnes
9
Alexandre Agnes ·

Maggie Cheung joue Maggie Cheung

Le cinéma d'auteur français, c'est foutraque. Réalisateur visionnaire mais infoutu de se faire comprendre, équipe technique mal organisée, conflits d'ego à droite et à gauche, et avec ça des critiques pseudo-branchés qui tirent sur l'ambulance. Alors imaginez la surprise de Maggie Cheung quand elle débarque là-dedans, jouant son propre rôle, celle d'une star de Hong Kong qui arrive en France... Lire l'avis à propos de Irma Vep

5
Avatar CaoCao
7
CaoCao ·

Jusqu'à la moelle

Irma Vep, c'est l'anagramme de vampire. Irma Vep c'est le personnage de Musidora, qui connaîtra la consécration grâce à ce rôle, dans le feuilleton Les Vampires de Louis Feuillade sorti en 1915. Irma Vep c'est avant tout un fantasme, et pour le réalisateur René Vidal, si ce film était à refaire, ce fantasme sous cette combinaison en latex... Lire l'avis à propos de Irma Vep

5
Avatar Alex La Biche
8
Alex La Biche ·

Film dans le film

Y a toujours un truc dans les films d'Assayas... Une maîtrise bluffante de la caméra, c'est sûr. A voir c'est souvent impressionnant. Même quand tout ressemble à un bordel parfait, improvisé (avec talent), sa caméra est là, qui frétille, qui chope parfaitement ce qu'il faut choper, qui saisit des instants magiques comme nul semble n'y arriver et se balade en s'imposant. Se... Lire l'avis à propos de Irma Vep

3
Avatar Charles Dubois
7
Charles Dubois ·

Maggie Cheung herself !

Maggie Cheung arrive à Paris pour tourner un remake des Vampires de Feuillade, réalisé par un ancien de la Nouvelle Vague... Plus d'une fois, le film m'a fait penser à La nuit américaine dans cette façon de mêler l'intime au tournage, notamment à l'amour qu'éprouve le personnage de Nathalie Richard pour la vedette asiatique. Mais le tournage va mal aller, jusqu'à être annulé une première fois,... Lire la critique de Irma Vep

3
Avatar Boubakar
7
Boubakar ·

Critique de Irma Vep par damdouss

Faux hommage à Feuillade mais vraie analyse du cinéma français de la fin des années 90 qui semble pour Assayas en panne d'inspiration. Maggie Cheung joue pourtant une Musidora moderne dans cette courte scène d'un vol de bijou dans l'hôtel où loge l'actrice : la scène rejoint alors la fiction et la poésie de Feuillade pour un bref instant... Lire la critique de Irma Vep

2
Avatar damdouss
6
damdouss ·

Critique de Irma Vep par Ygor Parizel

Le début est encourageant, on pense immédiatement à La Nuit américaine de Truffaut mais ce n'est qu'un feu de paille. Le film raconte le tournage d'un remake des Vampires de Louis Feuillade qui part en sucette avec Maggie Cheung jouant son propre rôle. On sent l'amour du cinéma d'Olivier Assayas, mais en même temps, il se moque ouvertement de celui-ci. Les personnages sont à la limite de la... Lire la critique de Irma Vep

Avatar Ygor Parizel
6
Ygor Parizel ·

Rêve cinéphilique

Maggie Cheung et Jean-Pierre Léaud dans un film d’Olivier Assayas : deux mondes que l’on aurait jamais imaginé pouvoir se rencontrer et un rêve cinéphilique qui prend vie. Des moments suspendus comme cette fuite nocturne et bleue d’Irma Vep sur les toits parisiens sous une pluie battante. Depuis Catwoman, jamais le latex n’a été aussi joliment porté ! Lire la critique de Irma Vep

Avatar Franck-Marchet712
8
Franck-Marchet712 ·

Le cinéma français passe un sale quart d'heure

Par certains côtés, on dirait presque un documentaire. Je ne sais pas si le cinéma "d'auteur", ça ressemble vraiment à ce gros merdier mais en tout cas, ça a vraiment l'air crédible. Et ça donne pas envie. Lire la critique de Irma Vep

Avatar Raphaël Rouzier
6
Raphaël Rouzier ·
  • 1
  • 2