La source des ennuis

Avis sur It Comes at Night

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Anecdotique.

Je savais plus ce qu'était ce fil. Je me souviens que la bande annonce ne m'avait pas vraiment convaincu mais bon, j'étais curieux. Puis je l'ai chopé, apparemment. Mais je savais plus pourquoi je voulais le voir, je savais juste que je devais le choper. Et c'est en voyant la tronche de Joel que j'ai eu un flashback, mais pas un flashback précis, plutôt un flou un peu comme Tony Scott les faisaient, avec une caméra un peu folle, des images pas toujours nettes, des couleurs saturées, ce qui fait qu'on n'est pas toujours très sûr de ce qu'on voit mais qu'on en retient une atmosphère, une idée globale.

L'intrigue est très pauvre. En soi la situation n'est pas inintéressante, mais d'autres lont fait en mieux et en moins de temps (en général cet aspect du genre survival ne prend pas toute la place et est pourtant mieux développée) ; ici donc, on a cette intrigue qui ne tourne qu'autour de ça et non autour de l'extérieur. L'auteur avait donc tout le temps pour tisser des liens entre les personnages, préparer ainsi la situation de crise finale... mais il ne fait rien de tout ça. Les personnages s'entendent puis tout d'un coup ça ne va plus à cause d'un second élément perturbateur. C'est très naze. Et entre les deux éléments perturbateurs (le premier surgissant après 10 minutes de film je crois, le second 15 minutes avant la fin), on se fait un peu chier. L'auteur tourne autour du pot en ce qui concerne le fils, ce qui est très con, parce que le spectateur pige tout de suite ce que personne ne comprend dans l'histoire et en plus l'auteur semble ne pas comprendre à quel point c'est évident... donc au lieu de jouer avec l'ironie dramatique (bordel, que ça aurait été bon, que le fils dénonce tout en sachant que c'est lui le malade), l'auteur continue de faire planer un mystère dont il est le seul à croire...

La mise en scène sauve les meubles en partie : c'est bien filmé, encore que certains passages sont un peu rapides et on discerne pas toujours qui est à l'écran, mais ça ne gêne pas énormément. La maison est chouette du peu qu'on en voit, dommage que le réal ne l'explore pas plus (d'ailleurs je me demande où sont les poules et chèvres, comment ils leur ont trouvé de la place aussi facilement, ce n'est jamais vraiment montré). La paranoïa des personnages n'étant pas assez soulignée narrativement, on aurait pu espérer que ça soit mieux valorisé scéniquement, mais là non plus le réalisateur ne se bouge pas trop. Les CGI sont moyens, les autres effets spéciaux un peu plus dégueulasses et donc réussis, notamment grâce à un travail d'ambiance plaisant. Les acteurs ne sont pas mauvais, mais les personnages sont tellement peu caractérisés qu'il n'y a pas grand chose à donner pour eux et donc à recevoir pour nous.

Bref, on s'emmerde gentiment dans ce film si peu psychologique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 568 fois
8 apprécient

Autres actions de Fatpooper It Comes at Night