👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Plébiscité par les derniers festivals de films indépendants dont le Festival de Cannes dans la section La Semaine de la Critique, le deuxième film de David Robert Mitchell surprend autant qu'il étonne.
Ce dernier met alors en scène un groupe d'adolescents et s'attarde plus particulièrement à l'une de ses protagonistes qui se voit refiler une malédiction après avec eu une relation sexuelle non protégée avec un jeune homme. Lui refilant ainsi cette étrange et étonnante malédiction, elle se voit contrainte de fuir des personnes inconnues et invincibles qui la suive, dans le but de la tuer pour on ne sait quelle raison. Avec l'aide de ses amis, elle tentera de se débarrasser de cela mais devra coucher avec un autre garçon pour refiler cette étrange maladie. À noter que celle-ci reviendra sur elle si ce dernier meurt.

Ce pitch alors de fortes influences du cinéma de John Carpenter, et notamment celui d'un de ses films cultes, Halloween, La Nuit Des Masques et son célèbre tueur Michael Myers, qui se ressent très particulièrement dans la réalisation de Mitchell. En effet, ce dernier nous met très rapidement dans le bain en nous expédiant une scène d'introduction glauque, quelque peu incompréhensive mais terriblement efficace.
Il lance ainsi l'intrigue de film qui pourrait s'apparenter à un banal film d'épouvante mais il n'en est rien, ce qui fait sa force comme sa faiblesse puisque l'on arrive pas à être angoissé tout le long du film malgré l'aspect inquiétant et terrifiant qu'il dégage.

Néanmoins, on est fasciné par une mise en scène toujours plus inventive qui s'attarde grandement au passage à l'âge adulte. Et cela est bien évidemment représenté par ces scènes de sexe et ce manque d'information dont sont victimes ces jeunes en transmettant toutes ces maladies sexuelles, savamment représentés par cette malédiction destructrice et inconnue qui terrasse tous ces jeunes.
Les adolescents sont bel et bien au cœur de l'intrigue puisqu'on ne voit qu'eux à l'écran, la présence des parents n'étant que relayés par de simples photos, représentant alors un monde bien vaste et dangereux qui s'ouvre à eux, devenant alors maîtres d'eux même pouvant créer ainsi de nombreux troubles psychiques. Peut être que cette malédiction ne tient que de cela qui sait.
Ajoutez à cela un montage déroutant mais terriblement efficace et une bande originale absolument démente, véritable bombe auditive, renforçant alors l'aspect angoissant, déjà peu présent, de ce film au genre particulier.

Oscillant plus du côté du teen movie que du film d'épouvante pur, It Follows se révèle être un bel exercice de style qui se doit d'être savouré au cinéma pour tout cinéphile qui se respecte.
Lucas_Perrier
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Cinéma 2015

il y a 7 ans

It Follows
Kogepan
8
It Follows

Miii ._. (ou : les aventures d'une souris devant un film d'horreur)

Je ne regarde pas beaucoup de films d'horreur. J'ai les bases, j'aime bien occasionnellement me poser devant un bon gros film terrifiant avec une bière, un coussin (très important, le coussin) et mon...

Lire la critique

il y a 7 ans

125 j'aime

9

It Follows
Velvetman
8
It Follows

Only monster forgives

Où sommes-nous ? Ce bruit assourdissant, dissonant, qui nous parvient à la vue de ce quartier pavillonnaire tout droit sorti de Blue Velvet ou Donnie Darko. Une jeune adolescente peu vêtue sort de...

Lire la critique

il y a 7 ans

115 j'aime

9

It Follows
Sergent_Pepper
7
It Follows

Suivre et survivre

C’est sur un éblouissement propre à séduire le cinéphile peu connaisseur du genre que s’ouvre It Follows : une superbe leçon de mise en scène. Le plan séquence initial, tout en lenteur circulaire,...

Lire la critique

il y a 7 ans

109 j'aime

11

San Andreas
Lucas_Perrier
4
San Andreas

Critique de San Andreas par Lucas Perrier

Après Black Storm l’été dernier, New Line se lance une nouvelle fois dans le film catastrophe et embauche Brad Peyton après sa piètre adaptation du roman de Jules Verne, Voyage Au Centre De La Terre...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

Le Labyrinthe
Lucas_Perrier
6

Critique de Le Labyrinthe par Lucas Perrier

Après les succès d'adaptation de sagas littéraires au cinéma telles que Harry Potter par la Warner ou Hunger Games par Lionsgate, c'est au tour de la Fox de miser sur un best-seller et d'espérer son...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

Bodybuilder
Lucas_Perrier
6
Bodybuilder

Critique de Bodybuilder par Lucas Perrier

Pour sa nouvelle réalisation, Roschdy Zem se plonge dans le monde du bodybuilding pour y insérer un fait social d'actualité. On y découvre alors la vie d'Antoine, recherché par des bandes de petites...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime