Rigueur

Avis sur J'accuse

Avatar Eowyn Cwper
Critique publiée par le

La rigueur est le mot d'ordre dans la reconstitution de l'affaire Dreyfus par Polanski : rigueur d'une Comédie française mise à pied pour reproduire celle qui est l'apanage de l'armée (du moins dans les formes), rigueur de texte et enfin rigueur en matière de costumes et de décors.

Il en résulte une froideur dont la justesse historique ne pouvait se passer, mais surtout une froideur confortable. Le temps est pris de nous remettre dans l'ambiance des années 1890, trop souvent considérées comme tout juste bonnes à faire le pont entre « l'histoire ancienne » et le XXème siècle que connurent nos parents et grands-parents. Quand l'affaire rééclate pour un second procès lors du rapatriement de Dreyfus de l'Île du Diable, non seulement c'est la machinerie judiciaire qui remplace astucieusement les pinaillages militaires kafkaïens au sein du scénario, mais on se surprend à remarquer que l'ambiance a donné naissance à la représentation d'une culture entière, avec ses manies, ses conventions, et bien sûr une xénophobie qui s'ignore encore mais règne dans l'ombre de l'antisémitisme.

Aussi, si le film pourrait se résumer à un très bon feuilleton radiophonique boosté par une reconstitution visuelle experte, il a aussi un cœur qui prend le temps de grandir et camoufle quasiment le fait que c'était une œuvre très personnelle pour Polanski, qui a voulu exorciser ses propres démêlés judiciaires en façonnant un Dreyfus aussi rigoureux que son procès ne le fut pas. Un pied-de-nez louable pour qui saura mettre de côté son opinion du cinéaste (ou pour qui n'en a pas), et un exposé rassurant sur comment faire un film dans les règles de l'art sans pour autant le rendre étouffant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 19 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Eowyn Cwper J'accuse