"D'abord il vous glace, ensuite il vous tue"

Avis sur Jack Frost

Avatar Urkyjo
Critique publiée par le

L'institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES), sous l'égide du ministère de la santé, nous recommande de manger cinq fruits et légumes par jour. Aujourd'hui, c'est parti pour le navet !

Voilà, le décor est planté grâce à cette accroche foireuse.

"Tonton Henry ! Raconte-moi une histoire ! Une histoire qui fait rire et qui fait peur..." Un tueur en série prolifique, trente-huit meurtres à son actif, est enfin arrêté par les autorités policières. Alors que par une sombre nuit d'hiver il est transféré vers son lieu d'exécution où une chaise l'attend de pied ferme, le convoi l'escortant a un accident. Le détenu sort alors de l'estafette avant d'être inopinément aspergé d'un liquide douteux, vraisemblablement de l'acide provenant de recherches génétiques. L'effet de cet acide nouvelle génération ne va pas tarder à faire un malheur : Jack Frost disparaît, fond littéralement dans la neige, sous les yeux ébahis d'un policier portant une guirlande de noël comme écharpe. Volatilisé le méchant tueur ! Tant mieux, ça allégera la facture d'électricité du gouvernement. Et bien non ! Car le fameux liquide a transformé cet infréquentable personnage en un bonhomme de neige maléfique, capable de se liquéfier et se solidifier à n'importe quel moment ! Et en plus, il a toujours au fond de lui le désir profond de se venger du shérif l'ayant arrêté. Le glaçant Jack Frost va alors se diriger vers le secteur dudit policier afin de mettre sa vendetta en œuvre. Avec un brin de folie, il va terroriser le petit comté de Snomonton. Coïncidence ultime, la ville organise son concours annuel de bonhomme de neige...

Alors que les autorités font face à l'un des premiers crimes sur le comté, le FBI commence de loin à s'intéresser à l'affaire, craignant la possibilité d'une mutation génétique de Jack Frost. Les aventures du bonhomme de neige peuvent commencer. Sur son parcours de glace, il laissera des petits souvenirs aux habitants : neuf meurtres et un viol. Parlons-en de ce viol ! L'une des scènes cultes du film. Alors qu'elle prend tranquillement son bain, Shannon Elizabeth (alias Jill Metzner) va subir le châtiment ultime, harponnée par la carotte du bonhomme de neige la plaquant contre le carrelage de l'espace-douche. Bien évidemment, le ton humoristique de la séquence est donné par les cris majestueux de la demoiselle, par une bande-sonore rock'n'roll, et la phrase qui tue : "Hum, on dirait que Noël est un petit peu en avance cette année. En tout cas, j'espère que tu as pris ton pied, chérie". Sans oublier le cliché du mec (ici un bonhomme de neige) fumant après l'amour (avant de lancer une nouvelle réplique inoubliable : "Oh, il faut que je me souvienne d'envoyer des fleurs à cette petite").

"Jack Frost" est un assemblage de scènes nulles à en crever, de répliques écrites avec un couteau à steak, d'un jeu d'acteur pitoyable et agaçant, d'effets spéciaux en carton et d'humour à deux balles à foison. Mais ici, tout est assumé et même revendiqué. Il n'y a qu'à écouter l'exposition, où un gamin demande à son oncle de lui raconter une histoire drôle et qui fait peur. Bon, l'oncle a tout de même un peu merdé, on ne retient que le côté comique du film, et non la face terrifiante, pour la simple et bonne raison que cette dernière est inexistante.

Certes ce film est une merde à n'en point douter, il n'empêche que c'est sacrément bon ! Un délice, un énorme bol de crème glacée, saupoudré d'un nappage au chocolat et parsemé de biscuits. Une gourmandise à savourer sans modération.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 762 fois
4 apprécient

Autres actions de Urkyjo Jack Frost