Caricatural

Avis sur Jalouse

Avatar Alexandre Katenidis
Critique publiée par le

Nathalie détient apparemment tout pour vivre heureuse, une fille belle et douée pour la danse pour laquelle elle se consacre beaucoup, une fonction sociale enviable en tant que professeure de classes préparatoires dans un grand lycée parisien, une apparence enviable à l’approche de la cinquantaine. Mais elle s’avère maladivement jalouse, de sa fille, pour ses qualités, de sa nouvelle collègue, jeune et brillante qui semble capter l’attention de tous, de son ex-mari et de sa compagne qui s’apprêtent à s’envoler pour un voyage de rêve, de sa meilleure amie, qui la soutient pourtant, car elle jouit d’un couple stable. Elle finit par remarquer ses sautes d’humeur et se convainc de consulter, et le diagnostic tombe avec lourdeur, dans tous les sens du terme : dans l’attente de la ménopause, elle se trouve en situation de transit.
A partir de cette séance fatale, rien ne va plus dans le traitement narratif. La première moitié du film donne lieu à une comédie grinçante, ironique à souhait, aux répliques savoureuses. Mais la seconde tombe dans la caricature de la femme ménopausée irascible qu’un rien pousse à la crise de nerfs, au point de commettre l’irréparable : elle frôle l’exécution d’un acte dramatique, de manière apparemment inconsciente. Tous les clichés y passent, les étapes de l’histoire deviennent véritablement pénibles. J’aurais préféré être épargné de ce genre de poncifs et images d’Epinal.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 127 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Katenidis Jalouse