"Tu ressembles à un poney..."

Avis sur Jamais le premier soir

Avatar Jane L
Critique publiée par le

J'ai lu beaucoup de critiques sur ce film, la plus grande majorité étant des critiques négatives. Et il est bien rare que je ne retrouve pas un peu de mon point de vu ici et là. Je vais donc m'employer à relever les éléments positifs que j'ai retenu de ce film, sans pour autant oublier les quelques négatifs que je me dois de mentionner, si je veux avoir un tant soit peu de crédibilité quant à mon objectivité.

Pour commencer, c'est une comédie Française, et il est rare que je ris autant d'une comédie issue de notre si joli pays. Oui il y a des répliques potiches dont on se demande l'utilité, mais j'ai ris aux larmes pour des éléments qui sortaient de nulle part également, et c'est bien cela qui me faisait autant rire. Et je suis rassurée désormais de me souvenir que toute la salle riait autant que moi. Je parle par exemple de la réplique de Rose et de Melanie dont j'ai oublié le nom du personnage, « Tu es belle aussi, tu ressemble à un poney », dit comme cela, oui ça peut paraître plus idiot que drôle, mais voir ces deux femmes stone sourire de ce pseudo compliment, oui, j'ai ris. Je ne parlerai pas de tous les éléments qui m'ont fait rire, le but n'étant pas de les lister.

Ensuite, j'ai apprécié ces trois jeunes femmes qui se révoltent complètement et se bourrent la gueule sur le canapé qu'elles ont ravagé ainsi que l'appartement entier de Benoit, qui vient tout juste de plaquer l'une d'elle.

En ce qui concerne le trio, je trouve qu'il marche bien. Alexandra n'a pas un bon jeu je trouve, mais ça aurait pu être rudement pire à mes yeux, même si a certains moments ça m'a dérangé. On a donc elle qui déprime depuis plus longtemps et sur laquelle la rupture a les plus grosses conséquences sur les trois. Enchainant sur quelques gags on voit qu'elle part dans un délire complet de yoga, bien être intérieur etc. Elle est rejoint par Rose. Rose est la femme la plus brusque du trio, et pourtant porte le prénom le plus doux, c'est une opposition que j'ai réellement apprécié. On a ensuite le personnage de Mélanie Doutey, j'ai beaucoup lu qu'elle jouait « toujours aussi mal », moi je l'ai trouvé vraie dans ce rôle. Et ce qui m'a touché si on peut dire dans son rôle, est le fait que c'est elle, le pilier du trio, raison pour laquelle même en larmes elle se devra de rire, qu'elle se dira fatiguée alors qu'elle est blessée, et qu'elle fera la misère à celui qui lui a brisé le cœur, au lieu de l'ignorer ou de le pleurer comme les deux autres. Je déplore donc que l'on parle du jeu de Melanie Doutey alors que dans le groupe, le plus mauvais reste tout de même celui d'Alexandra. Le fait étant que c'est une chose qui a servit le film à un seul moment, celui où elle essaie de sourire pendant cinq minutes pour aucune raison. Le personnage lui-même est faux dans ce geste, elle sait qu'elle va mal, donc que l'actrice soit fausse ne dérange pas, et accentue peut-être même le gag lorsqu'une seule petite larme descend sur sa joue.

Maintenant je vais m’atteler au plus dur: le scenario, la trame de l'histoire. Bien sûr, un coursier arrive sans cesse pour annoncer la séparation soit d'Alexandra soit de Melanie, alors quand on sent arriver la fin du film, quand on voit le coursier arriver, on sait que c'est le happy end qui arrive. Mais en même temps, si on sait qu'on va voir une comédie, on s'attend pas a une comédie dramatique, si? Alors on sait qu'on va rire du malheur des personnages pour finir sur une bonne note. Alors ce petit mot était dédié à tous ceux qui râlent de la bonne nouvelle qu'apporte cette fois-ci le coursier. Ensuite, oui, c'est vrai qu'il n'y a aucune surprise a part deux ou trois éléments, et c'est vrai que c'est dommage. Je l'avoue. Cette recherche d'amour qui motive toute l'existence du personnage d'Alexandra Lamy nous amène dans une montagne russe entre bonheur et déchirure, installant alors la seule relation stable avec un homme: son libraire. Donc oui, évidemment que c'est avec lui qu'elle va finir, et oui, c'est dommage que ça se présente à nous avec autant de clarté. La fin n'est pas top, c'est vrai. Le coup de la partie de jambe en l'air a la vu de tout le monde est un peu bancale, et bâclée peut-être même. Reprenant le coup du « jamais le premier soir ». Mais il y a une chose qui m'a peut-être pas surpris, mais fait sourire c'est qu'avec toutes les déceptions et les larmes d'Alexandra, c'est l'appartement de l'ex de Melanie qui est défoncé.

Ensuite, il est vrai que le personnage d'Alexandra est vraiment insupportable à certains moments. On a donné à Julie (donc son personnage) un côté plus que stupide : niais, enfant, imbécile. Voir qu'elle court pour rejoindre son beau libraire après réception de son courrier, qu'il lui dit en riant et en lui montrant la pancarte accrochée à la porte « c'est fermé ! » et la voir repartir chez elle... non il y a : être crédule, et complètement abrutie. Et c'est à pas mal de reprises qu'on voit que ça va trop loin dans la bêtise, les fois où elle répète «Tu as déjà eu une relation sérieuse?» oui, on a compris qu'elle avait besoin de le savoir, mais quand on la reprend sur ce point, lors d'une répétition de RDV qui plus est, non c'est beaucoup trop accentué.

En bref, oui je reconnais qu'il y a des éléments qui font dire « Aller, encore une tentative vaine des Français d'être drôles » mais il ne faut pas, à cause de ces préjugés, sous évaluer le travail qui se pose devant nous. Et, d'autre part, nier les éléments qui s'avèrent être bons.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1321 fois
3 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Jane L Jamais le premier soir